Les clips de la semaine #52

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. Les clips de la semaine épisode 52, c’est maintenant

Refuge – 2K16

C’est une douce mélancolie qui baigne le premier clip de notre sélection hebdomadaire. Presque trois ans après la sortie de Brokenbird, son magnifique premier album, Refuge dévoile cette semaine un nouveau chapitre de son histoire musicale. Véritable coup de coeur et premier extrait d’un album à paraître au début de l’année prochaine, 2K16 est un voyage aux confins du monde, une aventure mentale et réelle aux influences multiples qui s’incarne à merveille dans le clip réalisé par Hugo Pillard. Bercé par les tendres envolées vocales du jeune homme et par son piano magique, on y assiste à un rituel plein de mystère sous un ciel qui gronde, sur une terre hostile éclairée par des braises rougeoyantes. Pour poursuivre cette épopée mystique, on vous invite à nous rejoindre dès demain au 1999 pour le concert de Refuge.

 

Lizzo – Good As Hell

Elle l’avait déjà mis en image en 2016, voilà qu’elle rafraîchit son succès Good As Hell d’un nouveau visuel des plus feel good ! Présent sur son EP Coconut Oil et sur son nouvel album tant acclamé Cuz I Love You, le morceau a joui d’une popularité telle que malgré les années, il n’a rien perdu de son potentiel de tube solaire. C’est l’ode toute simple de l’acceptation de soi, de l’empowerment comme le disent nos compères sammies. Une leçon de vie que l’artiste s’amuse à remettre sous forme de clip avec un retour à l’université en fanfare, littéralement. Empruntant les clichés touts faits des couloirs de Glee ou des campus d’High School Musical, les séquences nous plongent dans différents contextes de solidarité, de sororité et de positivité. Armée de sa fidèle flûte traversière baptisée SashaLizzo se sent good as hell et ce n’est pas son sourire éternel qui dira le contraire. Yas, gurl.

 

Futuro Pelo – Terror

Retour plein de couleurs pour Futuro Pelo ! Avec Terror, l’ex-Sporto Kantès fait le récit d’une anecdote méconnue sur la rencontre entre Sean Penn et El Chapo, à l’époque où le baron de la drogue mexicain était recherché dans le monde entier : au moment de la photo de la poignée de main qui a fait le tour du monde, l’acteur américain aurait lâché… un pet. Voilà, c’est dit. Maintenant que les bases sont posées, on vous laisse apprécier les jolies animations du clip, qui vibrent au rythme de la mélodie imparable de ce nouveau titre annonciateur de son premier album, A Bigger Splash.

 

Primates – Ins & Outs

Il y a quelques mois, on avait succombé au charme de Primates, un mystérieux collectif dont on avait adoré la musique et l’esthétique. Si on n’en sait pas vraiment davantage sur ce groupe aux contours indistincts, on retrouve avec bonheur le couple de danseurs qu’on avait laissé en Serbie pour leur premier clip. Toujours aussi accrocheur, Primates s’est cette fois entouré du réalisateur Arthur Leblond pour offrir à sa première vidéo la suite qu’elle mérite. Ins & Outs est une ode au temps qui passe, à cette entrée dans l’âge adulte tant redoutée, joliment retranscrite dans une promenade en Bretagne, pleine de poésie et de douceur.

 

Snoh Aalegra – Whoa

Alerte canicule. La température monte dans ce qu’on qualifie facilement du clip le plus sexy de la semaine. Un mélange sensuel de séquences charnelles et autres tableaux à l’image délicieusement granulée respirant le romantisme que la nouvelle sensation RnB Snoh Aalegra nous partage sans filtre. À l’écran, cette passion est portée par la chanteuse suédoise elle-même et l’acteur vedette Michael B Jordan (anti-héro du blockbuster Black Panther) dont l’alchimie crève l’écran et vibre d’intensité. Il n’en faudra pas plus pour enflammer les tabloïds qui annoncent déjà les deux tourtereaux de fiction comme le nouveau couple du moment. Sauf que voilà,  Snoh n’a pas écrit cette ballade à l’attention du jeune éphèbe, ni même pour qui que ce soit. Ce Whoa passionnel, elle le dédie à la musique : “Snoh a écrit cette musique à propos d’amour dans sa forme la plus pure, l’amour pour la musique, l’amour pour l’amour. Elle parle de cette euphorie qu’elle ressent lorsqu’elle fait de la musique. Nous voulions créer un visuel qui transcende cette émotion” partage la réalisatrice Izabelle P. Wilson. Pour ceux qui ne la connaissaient pas encore, cette nouvelle venue de la scène soul RnB n’a pas fini de nous faire tourner la tête. Et si vous ne nous croyez pas, allez donc voir du côté de sa Colors Session : vous n’en sortirez pas indemnes.

 

MAGENTA – Tom Tom Club

Le changement, il n’y a que ça de vrai. Si on vous disait que FAUVE était de retour, on vous mentirai. Les vieux frères, eux, sont bien de retour. Ils se réinventent sous le nom de Magenta dans des textures électro et mélodieuses. Le second souffle du collectif parisien nous gâte déjà de deux premiers morceaux, annonciateurs d’un tournant décisif qui a tout pour lui. Délivrant le puissant Assez ? en octobre dernier, la fratrie lâchait cette semaine Tom Tom Club. Hommage au groupe derrière le légendaire Genius Of Love, le titre s’inspire des musiques électroniques des années 80 pour nous parler “de la nuit et de l’oubli. De cette façon qu’on a de continuer à se retourner la tête à coups de boisson et de son alors qu’on n’a plus vraiment l’âge.” Une nouvelle production qui nous rattache, le temps des refrains, à ces spoken words sémillants qui nous rendent si nostalgique. À l’image, on se voit immergés dans l’ivresse d’une soirée foireuse dont on ne se souviendra certainement pas. Ça nous paraissait sensé de mettre en scène une bande de gars à laquelle on puisse s’identifier. Un peu moyens, vite fait perdus, ni vieux ni plus trop jeunes non plus… Mais soudés par leur vécu commun.” Tonifié par la fièvre d’une électro franche et directe, le texte prend feu et nous avec.

 

Juicy – Over my Shoulder

Comme à leurs habitudes, les deux bruxelloises de Juicy, alias Julie Rens et Sasha Vovk, nous emmènent dans un monde onirique à travers leurs clips et leurs mélodies. Pour Over my shoulder, elles n’ont pas dérogé à cette règle grâce au travail minutieux de la réalisatrice Lia Bertels. Images vieillies, voix adoucies, on se retrouve plongés dans la Venus de Botticelli. Certains diront même qu’elles nous font voyager dans le monde aquatique de la petite sirène avec notamment la fourchette, les chœurs et le guitariste mis en valeur. Ambiance paillettes, troublée, mais qui nous donne envie de nager ;  on attend leur prochain concert pour s’immerger avec elles dans ces eaux endiablées. 

 

Airsouth x Jumo – Glowy

Vendredi, c’est jour de sortie. Un vendredi 13, qui plus est, qu’on espère de bonne augure pour Airsouth et son nouvel EP Exhale. Un disque sur lequel l’artiste s’offre l’assistance de son compère Jumo de chez Kowtow Records sur le tourbillonnant Glowy. Une collaboration qui débouche aussi et surtout sur un plan séquence mystérieux et poétique réalisé par Chine Thybaud et Quentin Keriven. Puisque c’est d’ailleurs ce dernier qui en parle le mieux, voici quelques mots sur ses images :

“Il s’agit d’un clip à la narration reculante. Chaque raccord engendre un saut arrière dans le temps. De plus, l’intégralité de l’oeuvre est filmée en un unique plan-séquence. Il est alors possible de reconnaitre, avant chaque raccord, le début de la partie précédente. Enfin, le plan-séquence originel dispose d’un début et d’une fin identique (utilisation de jumaux). Dès lors, une fois le clip monté, la dernière partie est identique à la première. On recule, on retombe sur nos pas. Le spectateur comprend que la narration recule dans le temps à coups de flash-backs. Quel a donc été l’élément déclencheur de l’aventure ? Lorsqu’il se rend compte que l’élément déclencheur est identique à l’élément final il se demande : a-t-il été berné? Est-ce une boucle temporelle ? Libre à lui de choisir…”

 

Tim Dup – Place Espoir

Ce vendredi, le chanteur de la mélancolie nous a livré un nouvel avant-goût de son prochain album Qu’en restera-t-il ?, dont la sortie est prévue en janvier. Une ballade magnifique qui rend hommage à la place de la République, à tous ceux qui l’ont foulée et habitée. Dans le clip, on découvre le destin croisé de trois femmes et on parcourt la capitale vibrante avec elles, accompagnés de la douceur des notes jouées au piano. La poésie de la rue se mêle à la voix envoûtante du chanteur et le résultat est juste splendide. Spoiler alert : on nous murmure qu’Adèle Castillon de VIDEOCLUB s’offre un cameo et qu’on peut même l’admirer se brosser les dents. Et ça, ça n’a pas de prix.

 

OMAR JR – SHADOWZ

Who is Omar Jr ? Supposément un personnage au charisme certain ayant fui le Japon pour s’installer dans la province de Guerrero, au Mexique. Aussi et surtout, ce sont El Nicolas (ex-Casablanca Drivers) et Martin Luther BB King (ex-Naïve New Beaters) qui se cachent derrière cet alter-ego en devenant le premier duo de “mezcal pop” jamais répertorié. Omar Jr est également le protagoniste du clip SHADOWZ, un road-trip psychédélique dans lequel il parcourt le Mexique en Ford Taurus à la recherche de son père. Chemise hawaïenne sur les épaules et masque de lucha libre sur le crâne, il partage l’affiche de ce clip avec le feu, cet élément symbole de destruction mais aussi de purification, et donc de renaissance, dans une esthétique inspirée par el Dia de los Muertos. Sur les images de Fabrice Riballier, cette voiture incinéré symbolise le deuil d’Omar Jr alors que la phrase “please don’t you go” résonne encore et encore. Un univers captivant, qu’on a hâte de découvrir sur scène !