Les lives du POP UP! #5 : Retour sur un été ensoleillé avant la rentrée

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

C’est bien connu qu’à La Vague Parallèle on aime beaucoup le Pop Up du Label. Simplement parce que c’est un lieu incontournable de la scène parisienne des musiques actuelles, mais aussi parce que l’endroit et l’équipe sont top ! Que demander de mieux ? En tant que bons habitués, on a donc décidé de consacrer un article sur les incontournables live du mois. Le mois d’août se terminant doucement, période plus calme pour le POP UP! qui a fermé ses portes pour s’octroyer quelques vacances, on vous sert cette fois un petit aperçu des lives de juin et juillet qui ont ensoleillé la première partie de ce bel été ! De quoi vous consoler avec la rentrée et la fin des vacances, on a hâte d’y retourner ! 

Ed Mount + Global Network

On a commencé l’été en se rendant au Pop Up du Label en juin dernier, pour la release party du deuxième EP d’Ed Mount, Left My Heart. Comment parler de cette date sans évoquer l’ouverture effectuée par Global Network ? On avait découvert les deux jeunes à l’occasion de la troisième édition de Qui Va Piano Va Sano, organisée par Microqlima à l’Église Saint-Merry, pour un live acoustique qui nous avait laissé découvrir la sublime voix de Loris, tendrement accompagnée par Nils au piano à queue. C’est donc avec une grande curiosité qu’on a souhaité découvrir leur formation électronique, qui ne nous a pas laissé indifférent, loin de là. À nouveau et sans grande surprise, on est littéralement tombé sous le charme de la voix de Loris, accompagnée cette fois par les synthés de Nils. Avec deux singles à leur actif sur les plateformes de streaming, le duo en a sous le pieds en concert et nous plonge dans un univers plutôt novateur, à mi-chemin entre le R’n’B et une électronique plutôt vaporeuse. On se laisse aisément emporter par leur énergie, le sourire au lèvre, le pas dansant. Ed Mount a pris le relai en nous présentant donc son dernier EP, qu’on avait déjà beaucoup écouté et qui nous avait touchés en plein coeur lors de sa sortie. Et l’effet attendu en live était au rendez-vous : du groove, de la légèreté, de la tendresse… un mélange de sensations et d’émotions que Thibault Chevalier semble maîtriser à la perfection.

Chloé L.

Basile Di Manski

Le jeune dandy parisien dont le patronyme évoque autant l’Italie sauvage du siècle précédent que l’élégance parisienne du futur présente ce soir son nouvel album signé chez Pain SurpriseTransworld. Grâce à sa nonchalance de façade, Basile parvient rapidement à établir une atmosphère bien à lui. Devant un public calme mais attentif, chaque note et chaque syllabe se distinguent par moment et se mélangent dans un tout aussi confus que jouissif l’instant suivant.
Parce que c’est bien comme ça qu’il fonctionne, le gai luron, sans avoir l’air d’y toucher et sans que l’on s’en rende compte, il nous transporte à côté de lui, nous tend sa paire de lunettes d’un geste désinvolte et met sa main sur notre épaule. Et c’est sans réaliser ce qui nous attend qu’on les pose sur notre nez pour basculer dans son monde. Fasciné, on se laisse guider par le chamane dont les sonorités jouent un jeu d’équilibriste entre efficacité clinquante et poésie cathartique. Le concert sera à son image, et à l’image de l’album, à la frontière entre son monde et le nôtre, entre le monde d’aujourd’hui et le monde de demain : captivant et déroutant, enthousiasmant et nostalgique.

Joseph.

Omar Apollo

Smells like teen spirit. Ce soir-là au Pop-Up du Label, tous les kiddos parisiens s’étaient donné rendez-vous pour voir leur nouveau crush, Omar Apollo. N’en déplaisent à nous autres qui ne peuvent déjà plus prétendre à la carte 12-25.

Andrew Fox ouvrira le bal, ambiance boom d’une fin de saison 2 de Stranger Things. Seul sur scène pour défendre sa pop psychédélique, le jeune new-yorkais nous invite au voyage à travers des tableaux musicaux qui dépeignent son Amérique fantasmée. Une atmosphère bien vite balayée par l’arrivée fracassante d’Omar Apollo, sous les acclamations stridentes de son public venu en nombre. Le jeune mexicain appartient à cette génération de beautiful loosers à la Clairo ou Cuco. Insolent de jeunesse et de talent, il se balade sur cette scène visiblement déjà trop petite pour lui. Difficile de se retenir de danser dès les premières notes tant son style mélange les genres : jazz, R’n’B, funk et pop, tout y passe. C’est finalement quand il se saisit de sa guitare et nous livre une outro passionnée dès la deuxième chanson que surgissent ses racines mexicaines. Assurément notre partie préférée du set.

Manon.

Gabriel Tur 

Si vous nous suivez, Gabriel Tur ne vous est pas inconnu. Le jeune homme nous a confié l’exclusivité de ses deux premiers titres, Papillon Blanc et Trigolove, et s’est prêté au jeu de notre interview Mosaïque il y a quelques semaines. C’est donc avec impatience qu’on attendait son live, qui se tenait le 3 juillet dernier, dans le cadre d’une soirée organisée par La bise fraîche.

Mais avant cela, le Pop-Up du Label a d’abord fait la connaissance d’Elisa Erka, douce trouvaille pop à la voix de velours, et de SiAu, venu répandre sa musique onirique et rythmée sur la salle. De retour d’une résidence prolifique au 104 et flanqué de son acolyte Jaune sur scène, Gabriel Tur a fait ce qu’il sait faire le mieux : embarquer son public dans ses promenades poétiques qui, un pied dans la réalité, font rêver autant que voyager. De la drôle et mélancolique Partez devant à l’irrésistible La Star, le jeune homme a conquis son public en lui faisant miroiter un univers qui ne ressemble qu’à lui. Autant dire qu’on attend avec impatience ses prochaines aventures.

Paul.

Vous l’avez compris, on vous donne rendez-vous dès septembre pour les Lives du Pop Up #6 de la rentrée qui s’annoncent déjà chargés en découvertes en tout genre ! Vous trouverez toute la programmation du Pop Up du Label ici.