L'Olympia met du respect sur Caballero & JeanJass

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Remplir un Olympia, une formalité ? Pas pour tout le monde, mais c’est évidemment devenu une norme dans le petit monde du rap francophone. Après leur potes Lomepal et Roméo Elvis, c’était au tour de Caballero & JeanJass de faire vibrer les murs de la mythique salle parisienne, forcément sold out ce soir-là. Retour sur un concert aussi cool et détendu que le duo belge.

Le temps passe comme une flèche. C’était il y a à moins de deux ans, à l’époque Caballero & JeanJass partageait l’affiche du Grand Mix pour un double plateau avec leur camarade Roméo Elvis. Et depuis tout à changé, le second remplit les zéniths et s’attaque à Bercy et le rap est devenu un phénomène de mode tant et si bien que tous les labels veulent avoir leur branche hip hop histoire de se faire une petite street cred. Un effet de mode ? Pas tant que ça, le rap à toujours été présent, et avec succès, dans l’univers musical francophone, simplement il est aujourd’hui accepté comme un genre à part et pas seulement comme la sous-culture que de nombreux médias ont voulu nous vendre. Ainsi, le rap à l’image de la pop est un arbre aux nombreuses branches et ramifications qui font que chacun y trouvera son compte. Et ce succès populaire porte tout le monde, notamment nos chouchous, Caballero & JeanJass présents en ce samedi soir dans un Olympia blindé et bouillant.

Il peut paraître facile de retourner une salle entièrement acquise à sa cause et un public qui pourrait facilement chanter tous les titres de votre set sans que vous ayez à faire un effort. Oui le public était bouillant ce soir-là, mais c’est mal connaître les deux Belges que de croire qu’ils n’allaient pas faire le show eux-mêmes. Car il s’agit bien d’un show, porté par une vibe américaine que ce soit dans les tenues ou dans la mise en scène. Entre cette Cadillac qui masque leur DJ, Eskondo, et cette manière de mettre en scène leur spectacle à l’aide de pastilles, d’interludes souvent hilarantes à l’aide d’une cabine téléphonique placée dans un coin de scène, le spectacle est total.

Caballero & JeanJass offrent une vraie proposition scénique, interagissent avec le public mais aussi entre eux, occupent la scène avec aisance , sans pression, en toute détente et avec une grande classe. À peine regretterait-on le fait qu’il n’y ait pas eu d’invités ce soir-là, mais au final était-ce vraiment important ? Pas vraiment. Pendant une heure trente le duo a donc tout donné, bien aidé il est vrai par une setlist implacable qui ménage ses effets entre titres bangers, d’autres plus portés sur une espèce de douce mélancolie ou gros délire qui tache. De Californie à TMTC, de Dégueulasse à Chef ou encore quand JeanJass reprend son couplet de X-Men, il y en aura eu pour tous les goûts tant la discographique du duo est ponctuée de petits tubes qui explosent vraiment en live et accrochent l’adhésion (ce qui n’est pas toujours le cas sur leur albums). Bien sûr on n’aura pas échappé au légendaire Bruxelles Arrive ni à l’excellentissime Sur Mon Nom. Et ce soir-là, l’Olympia a mis du respect sur leur noms et ils le méritent car comme vous le savez : JJ, Caba c’est la base.

 

Bonus : Les photos du concert par Alphonse Terrier