Mosaïque #112 : Budapest

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans Mosaïque, La Vague Parallèle explore les multiples aspects et facettes cachés de ses artistes favoris pour en dresser un portrait original, esquissé à petites touches. Aujourd'hui, on a demandé à Holy et Perpétue, membres de Budapest, nous faire visiter leur univers mystérieux et recherché, à la lumière de leurs commentaires et de leurs souvenirs.

Un morceau qui représente ta personnalité ?

David Bowie - Ashes to Ashes.

Perpétue : “earth to earth, ashes to ashes, dust to dust”, extrait du Livre de la prière commune. C’est une prière anglicane récitée lors des enterrements, thématique qui m‘a toujours fascinée et dont j’ai d’ailleurs personnellement déjà fait l’expérience en tant que défunte ! Évidemment on ne m’a finalement pas enterrée… Entièrement :-)

Un morceau qui te rappelle ton enfance ?

Yves Simon - J'ai Rêvé New York.

Holy : Ma mère l'avait parmi ses 33 quelques perles comme “Aux Pays Des Merveilles De Juliet”. Je calais précieusement cette grande galette le dimanche matin sur la platine familiale, et c’est clairement un dessin animé que j’imaginais pendant “New York City sur Hudson” avec ce groove implacable qui me claquait les oreilles à chaque écoute. C’est toujours le cas aujourd’hui !

Un morceau que tu écoutes en cachette ?

Vladimir Cosma - Les Mondes Engloutis.

Perpétue : L’engouement pour les génériques TV 80 kitsch est assez dégradant au fond, mais il faut vraiment y tendre une oreille, car il y a notamment cette dimension d’hymne que Budapest essaye parfois de toucher. C’est quand même une signature de Vladimir Cosma !

Un morceau que tu aurais aimé écrire ?

Nick Drake - Riverman.

Holy : LA référence absolue que je contemple avec une admiration sans borne en musique.

 

Un artiste qui t'a donné envie de faire de la musique ?

Richard Bona et Bobby McFerrin - Improvisation.

Perpétue : Je crois que j’ai voulu faire de la musique très jeune, vers mes 5 ans, ça remonte donc à mes premiers souvenirs. Or, chose qui n’est pas anodine, ma mère avait composé une berceuse à chacun de ses 5 enfants ! Dès lors j’ai eu ma chanson, sa chanson, rien que pour moi. C’est un cadeau extraordinaire qui ne se trouve pas sur la toile ! Alors voici, pour faire office de ressemblance… À partir de 6:32, en live à Montréal.

 

Un artiste avec lequel tu voudrais collaborer ?

Radiohead - Knives Out.

Holy : Par le plus grand des hasards : Nigel Godrich + Michel Gondry (+ un coup de main de Nick Cave ?) Faut pas demander ce genre de chose aussi ! ;-)

Un morceau qui représente ton esthétique ?

Budapest - White Flag.

Holy : Un boléro qui respire, loin. Le couple de voix mélangées, les choeurs, les guitares tranchantes et un piano indétrônable qui donnent alors naissance à cette cour des miracles rythmique. J’aime cette idée de transe qui surfe entre une esthétique universelle et un message fédérateur. Je pense que c’est toujours cet équilibre que Budapest recherche à sa manière.

Un morceau coup de cœur récent ?

Brittany Howard - Stay High.

Perpétue : Je peux l’écouter 25 fois de suite et c’est sans doute le cas pour tout le monde… Wouaaa !

Un morceau qui n'aura pas vieilli dans 50 ans ?

The Moody Blues - Nights In White Satin.

Holy : Je ne sais pas ce que représentent vraiment 50 ans. J’imagine que ça passe très vite… En tout cas, l’époque est clairement marquée sur ce track et c’était il y a 50 ans. Je trouve pourtant que l’intention et l’émotion sont absolument intactes, délivrées avec toute la sensibilité nécessaire pour être parfaitement éternelles.

Un morceau qui te rend heureux ?

Jane Birkin - Orang Outan.

Holy : Gainsbourg, c’est très intime pour moi. Ce morceau est véritablement la peluche de son oeuvre à mes yeux. Comme tous les enfants, les peluches me réconfortent et me rendent heureux.

Un morceau pour partir en voyage ?

Stevie Wonder - Black Man.

Perpétue : Si la voiture est bien confortable, le paysage peut défiler et le voyage peut être long.

Un morceau qui te rappelle la maison ?

Miriam Makeba - Malaika.

Perpétue : C’est une voix qui m’a portée, et toute l’Afrique avec elle. Nous chantions cet amour, ce combat pour la tolérance.

Le morceau que tu écoutes avant de monter sur scène ?

Childish Gambino - Me and Your Mama.

Holy : Le triptyque de Childish est d’une puissance inouïe ! J’aime la noirceur latente du départ, à la fois céleste et ancrée, puis le lâcher-prise dingue, l’explosion monstre qui finalement vient délicatement se suspendre dans une sorte de douceur pop, soul… Pour moi, c’est exactement le genre de morceau qui permet d’être prêt à tout !

Le morceau qui te met en transe ?

Gonjasufi - Kobwebz.

Holy : De la transe directement en intraveineuse qui arrive en 10 secondes et qui dure une éternité en seulement 2 minutes 13 !

Un morceau qui te fait pleurer ?

Nina Simone - Strange Fruit.

Perpétue : No comment.