Mosaïque #96 : Lothar

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans Mosaïque, La Vague Parallèle explore les multiples aspects et facettes cachés de ses artistes favoris ou ses belles découvertes pour en dresser un portrait original, esquissé à petites touches. Aujourd'hui, il porte le nom d'une tempête à l'image de sa musique qui célèbre l'arrivée de l'apocalypse comme une source de renouveau. Bienvenue dans la mosaïque de Lothar.

 

Un morceau qui représente ton esthétique ?

Pagan dance move - Arnaud Rebotini.
La grosse classe, je pense que l'EBM satanique de Rebotini est une bonne idée de lifestyle, ça fait avancer vite et droit.

Un morceau qui te rappelle ton enfance ?
Marions les roses - Malicorne.
Magnifique album, passion harmonies. Je suis super attaché aux thèmes abordés par Malicorne, l'agriculture, la vie rurale, les petits déplacements, il y a une forme d'exotisme régional que j'adore là dedans.

 

 

 

Un morceau plaisir coupable ?

Mufasa - Timmy Trumpet and The Golden Army.
Je suis un gros fan d'edm bien féroce et de toute la musique club autour de 2010. Pas une période très plébiscitée en soirée.


 

 

Un morceau qui fait danser Lothar ?
Degdega - Ammar 808.
Grosse claque, une track qui met en PLS n'importe quel soundsystem, à utiliser en cas d'urgence en back to back.

 

 

 

 

Un morceau que tu écoutes en tournée ?

Gilded glaze - Flavien Berger.
Un morceau qui vous transforme un Paris - Marseille en promenade. Du génial Flavien Berger qui m'apprend beaucoup de la liberté en musique.

 

 

Un artiste avec qui tu aimerais collaborer ?

Onna - UVB76.
Je met UVB76 parce que c'est des gars qu'on a eu la chance d'avoir à notre release party à la Boule Noire et cette soirée m'a fait penser qu'on faisait tous parti d'une même scène avec Pion, UVB76, Train Fou, Ojard, Flavien Berger et plein d'autres, un genre de scène rock électronique pré-apocalyptique. Enfin en tout cas, moi je vois quelque chose de commun à tous ces gens et si j'étais journaliste aux Inrocks j'aurais sûrement déjà inventé un mot un peu pété pour qualifier tout ça.

 

 

 

 

 

 

 

Un morceau qui te ramène en 1999 ?
Nowhere fast - Incubus.
J'avais 7 ans en 1999 donc j'écoutais surtout la BO de Rayman 2. Mais en tapant « albums sortis en 1999 » sur google j'ai découvert que l'album Make Yourself de Incubus que j'ai poncé était sorti en 1999.

 

 

Un morceau récent que tu aurais voulu écrire?
Déluge - Pion (Inigo Montoya remix)
Ce morceau c'est un miracle de la vie, le grand cru millésimé d'une vigne souterraine, l'émotion est grande.
Un morceau violent comme une tempête ?
Remembrance - Gojira.
Super album d'un groupe génial. Je ne comprends pas que tous les gens qui écoutent de la trap d'Atlanta comme des oufs ne soient pas des gros metal heads. Pour moi ça fonctionne vraiment sur les mêmes ressorts, j'attends avec impatience le festival qui me mélangera tout ça avec Death Grips en tête d'affiche.

 

 

 

Un.e artiste ou une chanson qui t'a donné envie de faire de la 
musique ?
Genesis - Justice.
Moment essentiel de ma vie, une giga disquette pour tranquillement passer du hard rock à l'électro.

 

 

 

 

 

Un morceau qui représente ta personnalité ?

Pie IX - Suuns.
Une pression folle tout en douceur, ça donne envie d'imploser c'est génial.

 

 

 

 

 

Un morceau qui vous rend heureux ?

A house on fire - Traams.
Un morceau que tu commences en fermant la porte de chez toi pour aller en soirée. A partir de là, tout devient un clip avec toi en anti-héros badass qui cruise dans la ville.

 

 

 

 

Un morceau qui te met le diable au corps ?
Perception  - Fadi Mohem.
Une belle autoroute comme on les aime. Le genre de track qui me donne l'impression d'avoir les sens hyper développés comme Spider-Man.

 

 

 

 

Un morceau qui ne voit pas passer les saisons ?
Boring Angel - Oneohtrix Point Never.
Un morceau qui n'aura perdu aucune force dans 250 ans c'est sûr.

 

 

 

 

 

Un morceau pour apaiser les animaux ?
Melted rope - Wand.
Sans craindre le vent et le vertige - Ojard.
Deux beaux morceaux de fin du monde, pour s'apaiser en mode électronarcose.