Muddy Monk nous sert toute la tendresse du monde avec deux ballades dont le pouvoir n’est plus à prouver
"
Auteur·ice : Caroline Bertolini
11/06/2021

Muddy Monk nous sert toute la tendresse du monde avec deux ballades dont le pouvoir n’est plus à prouver

La beauté des chansons de Muddy Monk est de retour pour nous adoucir. Et quoi de mieux qu’un bi-single à la brise méditerranéenne pour fêter ça ? On avait pu entendre une facette plus machinale et futuriste dans son dernier EP, mais ici c’est sa tendresse qui vole la vedette aux précédents morceaux. Athènes et Petit Soldat parlent alors du père de Guillaume, un bel hommage qu’il illustre par des photos de son enfance et des archives de sa communauté à qui il demande de partager des souvenirs. 

Prêt à transpercer le cœur des plus grandes carapaces, Muddy Monk ressort l’artillerie lourde, une des armes les plus puissantes : la douceur. Pour ces deux singles, les synthés se font plus discrets que dans Ultra Tape, pour revenir à l’essentiel de sa musique : sa voix, qui apaiserait les esprits les plus tourmentés et ses paroles, toujours plus poétiques et percutantes. On revient sur un sentiment plus organique qui ne fait qu’élever l’authenticité des deux singles. Athènes s’accompagne d’une guitare acoustique rappelant des sonorités grecques, mais dont le rythme des synthés nous rappelle Baby, ce single aussi romantique que mélancolique. Il est question ici d’un amour paternel qui se fraye un chemin jusqu’à nos émotions les plus lointaines – mais pas que. Il y a ce rêve de rencontrer la femme qui lui fera goûter à l’amour qui dure, qu’il image de cette façon : “Il y a papa dans la ville d’Athènes, une fille papa qui a mon amour sur ses lèvres. Elle dit comme ça qu’il y a des inconnus qui s’aiment, et moi vraiment j’espère pas qu’elle traîne. Et qu’un jour elle me trouvera”. Cet espoir, il est porté par un grain de voix touchant qui nous conte toujours les plus belles histoires.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Muddy Monk (@muddymonk)

 

“T’en as vu passer des vagues de sentiments, mais tu sais tout passe avec le temps”. Encore des mots forts dans une simplicité extrême pour Petit Soldat, une deuxième ballade encore plus délicate que la première. À la limite du chuchotement, on se voit dans l’obligation de ressentir chaque mot comme s’ils étaient ceux de notre propre père, ou de notre propre mère. Ces deux singles nous montrent que la fragilité a la place mais surtout la force qu’on veut bien lui donner. Ici, cette fragilité est puissante et elle bat tous les sentiments négatifs qui pourraient nous habiter. On en ressort apaisé·es, comme si Guillaume avait volé toute la tendresse du monde pour nous l’offrir avec énormément de générosité, le temps de deux chansons. C’est son pouvoir très spécial qui nous fait l’aimer encore plus à chaque sortie. Écouter Muddy Monk, c’est avoir le demi-sourire d’une caresse qui ne s’arrête jamais, et c’est tout ce qu’on pourrait souhaiter.


@ET-DC@eyJkeW5hbWljIjp0cnVlLCJjb250ZW50IjoiY3VzdG9tX21ldGFfY2hvaXNpcl9sYV9jb3VsZXVyX2RlX3NvdWxpZ25lbWVudCIsInNldHRpbmdzIjp7ImJlZm9yZSI6IiIsImFmdGVyIjoiIiwiZW5hYmxlX2h0bWwiOiJvZmYifX0=@