On s'emmène avec Voyou

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Aujourd’hui, on voudrait faire preuve d’honnêteté avec vous, car la franchise c’est important. Alors voila, sans mentir, on s’est clairement creusé la tête afin de trouver une manière adéquate de commencer cet article. On s’est demandé comment démarrer un article sur un artiste dont on a déjà tellement parlé. On a réfléchi aussi, la question qui tournait alors le plus en tête était “Ai-je encore des choses à dire sur Voyou ?”.  Pour l’auteur de ces lignes, une autre question sifflait à ses oreilles ” Puis-je être tout a fait sincère concernant Voyou?”. Car qu’on le veuille ou non, parfois les choses prennent un tournant personnel et ce projet musical en particulier a fini par devenir une des lignes directrices de l’histoire qui lie celui derrière le clavier à La Vague Parallèle.
Et puis on a décidé de ne pas réfléchir, d’être spontané, parce que c’est ce qu’on sait faire de mieux et que le plus souvent, c’est la seule manière de développer un propos qui sonne à la fois cool et honnête.

Parce que finalement, oui, on a encore des choses à dire sur le projet de Thibaud Vanhooland et on continuera à vous en parler aussi souvent qu’il produira de la musique aussi qualitative que celle qu’il propose aujourd’hui sur son “premier” EP  On S’emmène Avec Toi.

Ceux qui nous lisent régulièrement ont forcément déjà entendu parler de Voyou. Si on associe notre année à la sienne voici un petit rappel historique  : on l’a découvert par hasard pour son premier live et on s’est tout de suite attaché à son univers entre rêve et poésie et à la tendresse immense qui se dégageait du bonhomme. On l’a ensuite suivi, écrit, un peu, beaucoup, passionnément sur son actualité, on l’a fait jouer à l’une de nos soirées Divagation où on l’a vu galérer avec sa trompette – cassée – et nous présenter ses deux collègues tout aussi géniaux que lui, Tonus & Lenparrot. Comme une évidence, on l’a vu signer chez le label français le plus cool du moment, Entreprise, puis on l’a vu faire évoluer son nom de Voyov à Voyou.

Nous voici donc arrivés en janvier 2018, soit un an après avoir dévoilé ses premières chansons de manière indépendante, il sort son premier EP de cinq titres de manière officielle.

On a déjà beaucoup parlé des trois premières chansons dévoilées en amont, celles qui forment la colonne vertébrale de ce EP, On S’emmène Avec Toi, Le Naufragé et Les Soirées. A ces trois chansons viennent s’ajouter deux nouvelles pépites : La Légende Urbaine et Seul Sur Ton Tandem.

Ce qu’on aime chez Voyou, ce qui traverse tous ses titres, c’est sa manière de se placer en observateur extérieur des histoires qu’il raconte. Si chacune des chansons est sans doute nourrie par ses expériences personnelles, elle l’est aussi des observations qu’il a pu faire dans la vie. En ce sens, plus qu’un chanteur, Voyou est un conteur. Au Moyen-Age, il aurait été ménestrel, se promenant de château en château pour raconter les histoires de la vie.

Si chaque mot a un sens chez Voyou, il ne faudrait pas oublier qu’il est aussi un musicien aguerri au sens de la mélodie affuté. Chaque chanson propose ainsi une ambiance différente, une direction, une pulsation qui lui appartient.  C’est à nouveau le cas sur les deux titres inédits, qui se veulent plus directs et frontaux que les précédents. Seul Sur Ton Tandem est ainsi trancendé par une trompette absolument épique que n’aurait pas renié Woodkid. La Légende Urbaine quant à elle frappe fort avec sa guitare qui tranche l’air et ses synthés fantomatiques. Autant le dire clairement, ces chansons, si bonnes soient-elles en version studio, sont faites pour vivre sur scène ou elles trouvent un écho et une puissance plus que réjouissante.

Notons que Voyou a profité de son passage en studio pour réarranger légèrement les trois précédentes chansons, leur offrant une production plus léchée, plus propre tout en gardant ce qui faisait la spécificité et la beauté de chacune.

On vous l’a déjà dit mille fois, et on ne s’arrêtera probablement jamais de vous le dire, il serait presque criminel que vos oreilles, votre cœur, vos pieds, votre foie ou votre âme passent à côté de la musique du Nantais.  Alors faites-vous plaisir, laissez-vous emmener par Voyou.

 

Photo : Pierre Emmanuel Testard