Pourquoi le Château Perché est le rendez-vous électro incontournable de l'été

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Depuis sa première édition en 2015, le Château Perché Festival fait vibrer le centre de la France en proposant une programmation musicale riche et pointue dans un cadre idyllique. L’année 2019 ne fera pas exception puisque le festival revient du 25 au 28 juillet avec 300 artistes répartis sur 11 scènes, pour un total de quatre jours et trois nuits de fête. Si les chiffres ne suffisent pas à vous convaincre, laissez-nous vous expliquer pourquoi le Château Perché est le rendez-vous électro incontournable de l’été.

Un lieu hors du commun

Créer une odyssée vers la diagonale du vide, c’est le pari que s’est lancé Perchépolis, le collectif à l’origine de l’événement. Pour y parvenir, le Château Perché investit chaque année un lieu d’exception, une pépite cachée qui mêle patrimoine, nature et espace.

Après avoir enflammé les châteaux de Chazeron, de Busset ou d’Avrilly, le festival posera cette année ses valises à Villeneuve-sur-Allier, dans le plus vieil arboretum privé de France. Depuis plus de 200 ans, l’arboretum de Balaine, c’est son nom, accueille plus de 3 500 espèces de plantes, parmi lesquelles des essences rares et précieuses, offrant par la même occasion un cadre incroyable pour les quelques milliers de festivaliers attendus dans cette jungle musicale.

 

Le respect pour seul credo

Le Château Perché a un maître-mot : le respect. Qu’il s’agisse du respect de l’environnement, du respect des autres ou tout simplement du respect de soi-même, les organisateurs ont inscrit ce mot en lettres d’or au coeur même de l’identité du festival. Véritable ode à la culture et à la musique, le Château Perché s’érige surtout en un havre de paix et de liberté, dans lequel participantes et participants peuvent se libérer et oublier leur quotidien sans avoir à se soucier du jugement d’autrui. De cette foule dansante, il n’est exigé qu’une chose : une bienveillance absolue.

Comme pour joindre le geste à la parole, le Château Perché veillera lui-même au bien-être de ses enfants, en ménageant par exemple des pauses au milieu des longues journées de musique, pour permettre aux festivalières et aux festivaliers de se reposer, mais aussi de nettoyer le site du festival, de manière à préserver le lustre centenaire de l’arboretum de Balaine.

 

L’invitation au voyage

Pour que l’immersion soit entière et que le dépaysement soit total, le Château Perché se pare chaque années de couleurs différentes. Cette année, le thème du festival, “les insectes au paradis”, fera honneur aux imaginations les plus fertiles, en investissant le champ du fantastique et du lyrique.

Si on ne se risquera pas à vous donner notre interprétation de ce thème, c’est tout simplement pour ne pas influer sur le choix de vos costumes et de vos maquillages. Vous pourrez toutefois trouver quelques indications sur le site du festival : pour la première soirée, rejoignez la “déferlante d’insectes”. Pour la deuxième, drapez-vous de “toges éphémères du paradis”. Enfin, pour la dernière, répondez à la locution suivante : “et la luciole fut”. Libre à vous, donc, de devenir des libellules de lumière ou même… des bousiers pailletés. Rappelez-vous : on n’est pas là pour juger.

 

Une symbiose musicale 

Last but not least : vous le savez, on est surtout ici pour parler musique. Comme à son habitude depuis sa création, le festival se veut défricheur de talents. La programmation gigantesque – plus de 300 artistes – et variée va de pair avec l’une des missions premières de Château Perché : perdre son audience. La perdre au milieu de performances inattendues, de DJ sets éclectiques et tout simplement au milieu de ce lieu enchanté.

L’absence de têtes d’affiches suit la logique que chaque festivalier doit s’attendre à ne pas pouvoir organiser son parcours durant la totalité de l’événement. La déambulation est la seule façon de profiter pleinement de l’éventail de divertissements concoctés par les collectifs, les artistes et les organisateurs. Chacune des 11 scènes est confiée à un collectif qui a à coeur de rendre le lieu et l’expérience aussi inattendue que déroutante, quelle que soit l’heure de la nuit ou de la journée où vous y vagabondez.

La quasi-totalité des styles de musique électronique sera représentée, de l’EBM à l’ambient en passant par des expérimentations plus déroutantes mêlant funk et deephouse sur le Cyprès Chauve ou encore house downtempo venue des Andes sur la scène de l’Arrière Jardin. Une nouveauté cette année avec une scène entière, La Ronde Arborée, dédiée pendant la totalité du festival à la trance ravira les aficionados des rythmes galopants. Mention particulière à Innershade, membre toujours impeccable des joyeux lurons de Natarajah.

Plutôt que de vous parler d’artistes qu’on ne connaît pas mais qu’on est impatient de découvrir, on vous a concocté un condensé de nos coups de coeurs :

  • La techno envoûtante de Corbeille Dallas sur la scène de La Verrière sous l’égide du collectif Underdogs lors de la seconde nuit. La DJ parisienne membre du collectif Cockorico nous a déjà séduit plusieurs fois par ses sets endiablés et toujours novateurs ;
  • L’ambient distillée avec doigté par le collectif Raeve Lucide sur la scène du Dôme Blanc ;
  • La scène Panuwan, mini festival secret dans l’enceinte du château, avec aux manettes le label fruité et ensoleillé Curuba ainsi que les créateurs de soirées Tangerine.

Enfin pour vous assurer quelques instants de détente devant une musique que vous apprécierez de façon certaine, l’équipe de la programmation a pensé à vous avec une sélection par thème. Que vous vouliez voir des lives, expérimenter, danser doucement ou au contraire vous faire broyer les tympans par une techno smash implacable, c’est par ici.