Provence, techno et écologie : on était au Green Fest 2019

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Samedi 13 juillet, nous avions rendez-vous dans la petite ville de Sorgues, dans le Vaucluse, pour la sixième édition du Green Fest. Ce mini-festival intimiste de musiques électroniques, devenu incontournable dans le sud de la France, nous a offert une programmation techno riche et un long moment de lévitation pendant le set du maitre Ben Klock. Récit de cette journée lumineuse.

En arrivant sur les lieux, on remarque tout de suite à quel point le cadre est idéal. Nichées dans le parc municipal de Sorgues, les deux scènes du Green Fest s’intègrent parfaitement au beau paysage provençal. Aucun nuage à l’horizon et une programmation pleine de promesses : on attend avec impatience les sets des Montpelliérains Cosmic Boys, du Berlinois Recondite, de l’Amstellodamois Bart Skils et bien évidemment de Ben Klock, figure incontournable de la scène techno et résident du Berghain.

On apprécie particulièrement la portée écologique du festival, qui est resté parfaitement propre toute la soirée. Outre les stands de sensibilisation et les nombreuses poubelles de tri, une équipe quadrille le parc pour ne laisser aucun déchet au sol… Un exemple à suivre.

 

Arrivés sur les lieux aux alentours de 18 heures, on rate malheureusement le set de la très talentueuse Écran Total, découverte quelques jours plus tôt au Village du Off à Avignon. Coup de cœur pour cette DJ disco / house pointue et débordante d’énergie, fondatrice du bouillonnant collectif parisien Crème de Coco ! Nous ne sommes pas en reste : on est directement plongé dans le grand bain avec l’Avignonnais Gianni Gastaldi, qui installe une ambiance électrique sur la Main Stage.

Belle découverte ensuite avec Tom Pooks et sa tech-house martiale sur la Green Stage, qui nous emmène jusqu’au coucher du soleil. La cadre idyllique colle parfaitement avec le son rond et profond du fondateur du festival Family Piknik, natif de Béziers… On enchaîne avec le solide live de Green Tolek, placé idéalement avant les têtes d’affiche de la soirée et maîtrisé de bout en bout. Mention spéciale !

 

La nuit tombée, on navigue entre Recondite et le (très beau) set astral du parisien Voltaire. Puis, les lumières s’éteignent pour laisser place au closing tant attendu de Klock pendant deux heures. Impossible alors de résister à la perfection techno qui nous est offerte jusqu’à la fin du festival. On s’avance prudemment dans l’espace presse pour finalement se retrouver à quelques mètres du DJ, ce qui a été pour nous un moment magique et particulièrement intense. Merci encore à l’équipe du Green Fest pour ce moment unique !

On ne peut que recommander ce bel évènement électronique, où l’on a pu constater une organisation irréprochable et la communion d’un public de tous âges. Ce beau samedi de juillet restera dans nos mémoires comme une véritable cure de Provence… Rendez-vous l’année prochaine pour la septième édition !