Rendez-vous au MaMA ?

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Depuis déjà dix ans, c’est le rendez-vous incontournable de l’industrie de la musique. Comme à chaque automne, les acteurs des quatre coins de France et d’ailleurs se retrouvent à l’occasion du MaMA, événement entre convention et festival, unique à bien des égards.

Des journées de rencontre…

Pendant trois jours, le MaMA festival se mue en véritable centre névralgique de la vie musicale de l’Hexagone. Cette année encore, l’événement sera l’occasion de participer à d’innombrables conférences, de présenter ses dernières innovations, d’échanger avec son voisin au fil des stands, et plus globalement de faciliter les rencontres. Pour l’occasion, le quartier de Pigalle se transforme ainsi en une réelle fourmilière grouillante d’ambition, de talent et de diversité. Avec des speakers prestigieux comme André Manoukian, on suppose que les discussions tourneront autour des sujets d’actualité et d’avenir, comme par exemple les nouveaux moyens de distribution ou la parité artistique.

Vous l’aurez compris : que vous soyez un artiste en quête de LA rencontre qui fera décoller votre carrière, une entrepreneuse avec une idée révolutionnaire ou tout simplement un curieux avide d’en savoir plus sur le monde de la musique, votre place est au MaMA !

…Avant de décompresser les soirs venus

En parallèle, le MaMA c’est aussi (et surtout ?) des centaines de concerts répartis sur trois jours. Ici, le credo n’est pas de se parer de têtes d’affiche internationales mais plutôt de faire la part belle aux artistes de demain, qui voient ici l’occasion de se montrer face à un public mêlé de curieux et de professionnels. Pour faire simple, le MaMA, c’est l’assurance de découvrir les talents avant qu’ils n’explosent.

Cette année, parmi la profusion des talents émergents présents sur l’événement, on misera une pièce sur Sein, Mélodie Lauret et Lola Marsh, des habitués de nos colonnes.

Une ode à Pigalle

Surtout, le MaMA tient sa spécificité de l’agencement du festival. Plutôt que d’être confinés en un lieu clos, les évènements sont dispersés sur tout le quartier de Pigalle. On prend plaisir à vagabonder des salles incontournables comme la Cigale aux lieux surprenants, à l’image du Phono Museum. C’est donc tout un quartier qui se met à l’unisson le temps de trois jours, où l’on se laisse surprendre par des ambiances, des sons et, forcément, des rencontres inattendues.

Si l’improvisation est donc de mise, on a tout de même noté le concert de Bandit Bandit vendredi à la Boule Noire et, plus tard dans la soirée, le set de Molécule à la Cigale pour une expérience sonore immersive en 360° (de quoi se chauffer gentiment avant de finir à la Machine du Moulin Rouge jusqu’au petit matin).

En clair, face à la profusion de talents répartis sur l’ensemble du MaMA, vous trouverez forcément votre bonheur parmi la centaine de concerts proposés, et ce quel que soit votre style. Et quel que soit votre rôle au sein de l’industrie musicale, il y a énormément à apprendre de ces trois jours à venir.

Pour y voir plus clair sur la programmation, c’est ici. Et si vous trouvez de drôles d’oiseaux en chemises colorées, n’hésitez pas à nous accoster, on sera ravi de discuter entre deux concerts !