Session numérique #12 : Silly Boy Blue, l'adolescence retrouvée

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans Session numérique, La Vague Parallèle sillonne la toile à la recherche de ce qu’Internet nous réserve de plus fort, de plus doux, de plus coloré. Aujourd’hui, Silly Boy Blue nous a donné rendez-vous dans sa chambre d’adolescente pour une version de You’re Cool à découvrir en exclusivité sur La Vague Parallèle.

Il existe des lieux comme des réceptacles à souvenirs, ceux qui finissent par avoir une âme, une couleur et qui au fil des années dégagent une aura. La chambre d’adolescent est sans doute celui qui a le plus d’importance, que ce soit dans notre construction personnelle ou dans son rôle de caverne à reliques temporelles.

Un lieu qui regardera notre vie avec bienveillance et amour tant il aura été le théâtre de tellement de choses : des cris, des rires, des larmes, des écrits, des pensées… Un lieu qu’on aura habillé et déshabillé au fil du temps, dont les murs auront résonné d’un groupe adoré, qu’un an plus tard on détestera en jurant la main sur le cœur qu’on a jamais aimé cette bande de ringards. Un lieu qui nous aura vu jurer notre amour pour Ana, Rémi, Marie ou Jules, jurant la main sur le cœur que cet amour serait pour la vie entière et que seule la mort pourrait nous séparer de celui dont on tenait fièrement la main dans les couloirs du lycée.

Pour un artiste, il est aussi le lieu des premières chansons, des premières bribes d’idées, d’accords et de mots qui formeront plus tard la base d’une carrière à l’époque fantasmée mais déjà envisagée. En bref, la chambre d’adolescence est un lieu de réminiscence, de moments flous et pourtant fondateurs. Quoi de plus logique alors que de revenir sur les pas de sa genèse, personnelle et musicale, pour une session live ? Comme fermer une page en en ouvrant une nouvelle ? C’est ce qu’a fait Silly Boy Blue en retournant sur les territoires de son enfance pour filmer une session live de son titre You’re Cool.

On navigue alors dans son intimité, entre ces mots découpés dans des journaux ou des affiches qu’elle utilise comme des totems, des mantras pour exprimer ses émotions et les cadrer avant qu’elles ne débordent et les affiches de héros, de musiciens, de films qui sont le socle de sa personnalité et de sa vie. Le choix de la chanson n’a lui aussi rien d’innocent, You’re Cool étant une lettre d’amour, du temps qui passe et des choses qui se fanent mais laissent derrière elles des souvenirs qui eux ne partiront pas.
Et si vous vous demandiez pourquoi on aime tant Silly Boy Blue, vous aurez ici une partie de la réponse. You’re Cool est un titre qui nous happe car ce qu’il raconte nous ramène à notre propre chambre d’adolescent. Ici la mélancolie frappe au cœur et elle n’a besoin que de peu de choses pour nous emporter avec elle : cette voix sur le fil de l’émotion toujours prête à se casser et cette guitare qui nous berce s’associent pour former un tout qui sublime les sentiments qui sont explorés, nous laissant les larmes au bord des yeux et la tête dans le nuage de nos propres souvenirs.

 

Vous pourrez notamment  retrouver Silly Boy Blue en concert cet été :

  • 19/ 06 : Champs Elysées Festival (Paris)
  • 23/06 : La Bonne Aventure (Dunkerque)
  • 04/07 : Fnac Live (Paris)
  • 07/07 : Montreux Jazz Festival (Montreux)
  • 11/07 : Pete The Monkey (Saint Aubin Sur Mer)
  • 12/07 : Francofolies de La Rochelle (La Rochelle)
  • 23/08 : Rock en Seine (Paris)

Toutes les dates à retrouver sur sa page facebook.