Session Numérique #18 : Flânez sur le toit de la Philharmonie avec Miles Kane

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans Session numérique, La Vague Parallèle sillonne la toile à la recherche de ce qu’Internet nous réserve de plus fort, de plus doux, de plus coloré. Aujourd’hui, on vous donne rendez-vous sur le toit de la Philharmonie de Paris pour une session live intimiste aux côtés de Miles Kane.

On parle souvent du charme à la française mais pas assez de celui à l’anglaise. Pourtant, il existe des artistes qui pourraient s’approprier le terme à merveille (hello Miles Kane). Plus sérieusement, Miles Kane, c’est ce nom qu’on retrouvera obligatoirement dans notre collection de vinyles. Avec trois albums solo, plusieurs formations en parallèle dont ce supergroupe du nom de The Last Shadow Puppets (et qu’il partage avec le faussement dédaigneux et iconique Alex Turner), des tournées internationales à n’en plus finir et un public qui se fidélise avec le temps, l’artiste a de quoi se vanter. Que vous soyez séduit par son accent british, sa prestance ou son talent de rock star ambulante, qu’importe. Si vous êtes là, c’est que tout comme nous, il y a quelque chose chez lui qui fait que votre cœur bat la chamade.

C’est en juillet dernier, alors qu’il avait à peine terminé sa tournée des provinces françaises, que Miles Kane avait été annoncé comme guest de l’inégalable Charlotte Gainsbourg. Et quel choix judicieux que de convier l’un des plus grands du rock anglais pour assurer sa première partie. Après avoir fait trembler les murs de la Philharmonie avec ses guitares détonantes et sa très réputée hargne avec des morceaux tels que Come Closer, Loaded ou encore Too Little Too Late, le crooner britannique en a profité pour se recueillir aux côtés de La Blogothèque pour une session live en toute intimité.

Et c’est une fois élevé sur le toit de la majestueuse salle parisienne, qu’on y découvre un panorama des plus absurdes avec, pour invité de marque, un beau coucher de soleil estival. C’est alors que Miles Kane, vêtu de sa plus belle chemise à motifs, glitters sous les yeux et guitare acoustique entre les mains, se prête au concept du Concert À Emporter d’Arte et se livre à nous, face caméra, l’espace de quelques minutes. Accompagné de la très énergique Victoria Smith (qu’on retrouve habituellement aux drums mais pour laquelle un simple tambourin et un ridicule shaker suffiront), il entame sa session live avec Killing The Joke, une douce ballade au cours de laquelle on se laissera emporter et où nos émotions prendront le contrôle. S’ensuit Can You See Me Now, un single sorti récemment et tout à son image : efficace, dynamique et très punk (tout le contraire du précédent à vrai dire). Et pour l’occasion, l’artiste au doigté imperfectible nous offre ici une version acoustique réussie et tellement réussie qu’on en souhaiterait davantage. En bref, Miles Kane c’est ce musicien hors pair, à l’élégance raffinée et au talent rare. C’est aussi un personnage, un univers atypique et une voix unique en son genre qu’on pourrait reconnaître entre mille.

Et si vous n’avez pas eu la chance de le voir sur scène au cours de sa tournée française (officiellement terminée), on vous conseille de prendre le premier avion pour l’île d’émeraude, destination l’Electric Picnic Festival. Un festival qui se tiendra du 30 août au 1er septembre prochain et où il partagera l’affiche avec les plus grands (The Strokes, Florence + The Machine ou encore, notre Chris internationale). Une programmation à en rendre jaloux plus d’un et une date à définitivement entrer dans les annales.