Session Numérique #24 : Les capsules d'Ojos

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans Session numérique, La Vague Parallèle sillonne la toile à la recherche de ce qu’Internet nous réserve de plus fort, de plus doux, de plus coloré. Aujourd’hui, on clique sur les capsules colorées et pétillantes qui marquent l’éclosion d’Ojos, nouveau duo à l’avenir radieux.

Si leurs visages ne vous sont inconnus, ce n’est peut-être pas un hasard. Auparavant, Elodie et Hadrien étaient les deux têtes d’Holy Two, tandem qui avait fini par se tailler une solide réputation à travers l’Hexagone à la faveur d’un premier album réussi et de jolies prestations scéniques. Pourtant, aujourd’hui, les deux compères se détachent de cet héritage et font table rase du passé. Exit le blanc, leur marque de fabrique, place au orange et au noir. Et surtout, à un nom : Ojos.

“Ayer apenas nos mirábamos

Es apenas si nos inclinábamos

Y mis miradas quedan suspendidas”

Residentes de la república

Nouveau nom, nouveau projet, nouvelle musique. Si le changement s’est tout d’abord fait sans bruit, par l’apparition discrète de quelques visuels sur les réseaux sociaux, il est à présent officiel. Pour célébrer sa naissance, Ojos s’est dévoilé à travers quelques capsules qui revisitent avec bonheur Résidents de la République d’Alain Bashung et Les Mots bleus de Christophe, deux classiques de la chanson française qui ont un point commun : les yeux, bien sûr.

En se plongeant dans ceux d’Ojos, on y découvre une identité plus affirmée, tant visuellement que musicalement. Le cadre est ancré dans la réalité de Paris, de ses grands édifices, de sa nuit et de ses néons. L’orange et le noir, omniprésents, sont les éléments fondateurs d’un décor radicalement différent dans lequel s’inscrit désormais la musique du duo. Mi-hispanisante, mi-pop, elle est plus singulière, plus reconnaissable. Mi-francophone, mi-urbaine, elle est toujours aussi épurée. Les productions sont plus modernes et se parent d’accents hip-hop, sans délaisser pour autant la guitare, qui préserve l’équilibre de l’ensemble. La voix, elle, est partagée entre l’espagnol et le français, comme pour mieux réconcilier des influences qui, au fond, ne demandaient pas mieux que de pouvoir enfin cohabiter.

“Diré las palabras azules

Que se dicen con los ojos

Hablar me parece fútil

Solo me lanzo y retrocedo

Las palabras azules

Avec ses Cápsulas, Ojos a trouvé un moyen original se de révéler au monde dans un format séduisant et tout à fait contemporain. À la fois attrayantes et mystérieuses, courtes et intenses, ces pastilles envoûtent juste assez longtemps pour donner envie d’en découvrir davantage. N’ayez crainte : votre patience devrait rapidement être récompensée, avec la sortie prochaine d’un tout premier titre original.