Session Numérique #25 : George Ka narre de Jolies Personnes

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans Session Numérique, La Vague Parallèle sillonne la toile à la recherche de ce qu’Internet nous réserve de plus fort, de plus doux, de plus coloré. Aujourd’hui, on clique sur un gros coup de cœur qui fera bientôt parler d’elle : George Ka.

La langue française est l’une des plus difficiles à apprendre, paraît-il. Il est vrai qu’elle regorge de subtilités, de détours et de forces qui, si elles peuvent être difficiles à maîtriser, lui confèrent toute sa puissance. Une puissance dont les MC se sont emparés depuis les années 90 pour des disques entre nouvelles et chansons. On pense notamment à MC Solaar, Grand Corps Malade, Oxmo Puccino, Abd Al Malik ou, plus récemment, Gaël Faye. Il faudra désormais ajouter George Ka à cette liste prestigieuse. Si l’artiste lauréate de La Grande Party a déjà laissé le Point Éphémère bouche bée, sa musique reste rare sur les internets, avec le seul Saïgon présent sur les différents services de streaming.

On se jette donc sans modération sur cette session Levi’s, où la chanteuse nous présente de Jolies Personnes sortant faire la fête. Une ode à l’amitié, au Paris nocturne, à l’insouciance, qui nous paraît paradoxalement bien lointaine en ces temps de confinement. Une ode au féminisme, aussi, dans la manière de célébrer ces femmes fortes, indépendantes, de Jolies Personnes qui volent au-dessus des jugements d’autrui. Quoi qu’il en soit, entendre chanter la vie est un excellent remède à la morosité ambiante, et fait rêver à ce futur proche où nous pourrons à nouveau danser ensemble et s’embrasser.

PS : Si, comme nous, vous êtes touché·es par la plume ciselée de George Ka, on ne peut que vous conseiller de vous ruer sur Garçon Manqué, Fille Manquante, un texte si fort qu’il condense en quatre minutes ce qu’on pourrait prendre des heures à expliquer. Une vision si simple, et pourtant si compliquée à faire comprendre. Chapeau l’artiste.