Session Numérique #26 : Coldplay se la joue gospel au Tiny Desk

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans Session Numérique, La Vague Parallèle sillonne la toile à la recherche de ce qu’Internet nous réserve de plus fort, de plus doux, de plus coloré. Aujourd’hui, on clique sur un sacré crossover. A notre gauche, Coldplay, et à notre droite, une chorale de gospel. Le tout derrière le mythique Tiny Desk de NPR.

Vous l’aurez compris, face à fermeture des salles de concerts, on parcourt plus que jamais le net à la recherche de lives à se mettre sous la dent. Le Tiny Desk de NPR, ce format intimiste où les plus grands noms se sont succédés (on vous conseille Tyler The Creator, Cat Stevens, Wyclef Jean ou Anderson. Paak) fait donc partie de nos rendez-vous immanquables. D’autant plus lorsqu’il s’agit de Coldplay – ce groupe qui a signé la BO de nos adolescences avant de sombrer dans la pop artificielle – car le quatuor britannique a renoncé à tourner tant que ce ne serait pas possible avec une empreinte carbone neutre. Quitte à faire peu, autant faire bien, la bande à Chris Martin nous a donc offert une sacrée performance pour leur passage à l’inévitable Tiny Desk.

Si les Anglais ne sont finalement que deux (le guitariste Johnny Buckland et le chanteur Chris Martin), ils sont venus avec pas moins de neuf chanteurs de gospel pour revisiter leurs titres. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est un match aussi surprenant que réussi. Si les chansons de Coldplay avaient toujours eu une certaine bienveillance, elles portent désormais en elles une joie communicative et irrépressible. On réalise, aussi, que les deux Anglais sont de sacrés musiciens en plus d’être d’excellents compositeurs, capables de donner un côté soul inattendu à leur pop. Emballez le tout avec une reprise de Prince pour faire bonne mesure, et vous obtenez une drôle de session numérique. De quoi fouiller les demeures familiales dans lesquelles vous êtes confinées, ressortir les premiers albums du groupe anglais, et voguer dans un torrent de nostalgie.