Si tu m’aimes demain : Iliona introduit son second EP et embrasse ses influences chanson française
"
Auteur·ice : Flavio Sillitti
28/11/2021

Si tu m’aimes demain : Iliona introduit son second EP et embrasse ses influences chanson française

| Photo : Jason Destrait

Quelques mois après son premier EP Tristesse, la jeune touche-à-tout Iliona revient déjà avec Si tu m’aimes demain. Une mise en bouche de ce que nous réserve son second EP Tête brûlée : de la légèreté, de la finesse et beaucoup d’ondes romantiques et réconfortantes. Si son succès Moins Joli avait déjà témoigné d’une certaine volonté de se rattacher aux grands classiques de la chanson française, cette nouvelle sortie cristallise amplement ces influences visiblement indémodables. Une étreinte pleine de vie qui n’annonce que du bon. 

Ne vous laissez pas méprendre par la fausse mièvrerie des paroles : Iliona sait de quoi elle parle quand elle vous parle d’amour. Ses précédents morceaux l’ont largement démontré, elle est ce qu’on appelle communément une old soul. Mille vies semblent lui avoir précédé lorsqu’elle aborde ses houles sentimentales à la manière des parolier·ères incontournables de l’histoire : de France Gall  à Françoise Hardy. Sur ce premier titre annonciateur d’une jolie fournée de compositions aussi intimistes qu’éclectiques, la Bruxelloise nous livre une ballade pop aux teintes chanson française irrésistibles. Et il est fort probable que cela vous tourne en boucle dans la tête.

 

Alors que l’autrice-compositrice avait déjà gagné nos cœurs sur des morceaux aux accents électros-trap tels que Rattrape-Moi ou Une autre vie, elle prouve ici que l’habillage purement organique lui convient tout autant. À coups de riffs de mandolines, de notes de piano et d’accords de gratte, Si tu m’aimes demain se dresse comme une pépite intemporelle. Une sortie qui aurait déjà fait sens trente ans plus tôt, et qui s’inscrit aisément dans le paysage musical actuel. Ce morceau est également l’occasion pour la chanteuse de se parer d’un véritable univers, d’une direction artistique plus aboutie que sur les sorties précédentes. Comme toujours, elle signe le clip et se glisse ici dans la peau de la chanteuse, l’idole. Une frontwoman pétillante prête à opérer les 400 coups avec ses musiciens, le tout filmé et co-réalisé par le Français Pablo Padovani.

La saveur que nous laisse cette première pépite de l’opus à venir est celle d’un souvenir agréable, une gourmandise plongée dans la nostalgie d’un registre qui ne semble jamais se mourir. La nouvelle école de la chanson française compte indéniablement une bonne élève de plus. Rendez-vous le 14 janvier prochain pour savourer Tête brûlée et découvrir les multiples facettes de l’univers d’Iliona.


 

@ET-DC@eyJkeW5hbWljIjp0cnVlLCJjb250ZW50IjoiY3VzdG9tX21ldGFfY2hvaXNpcl9sYV9jb3VsZXVyX2RlX3NvdWxpZ25lbWVudCIsInNldHRpbmdzIjp7ImJlZm9yZSI6IiIsImFmdGVyIjoiIiwiZW5hYmxlX2h0bWwiOiJvZmYifX0=@