Victoire : Irène Drésel devient la première compositrice à remporter le César de la meilleure musique originale !
"
Auteur·ice : Paul Mougeot
26/02/2023

Victoire : Irène Drésel devient la première compositrice à remporter le César de la meilleure musique originale !

Événement majeur vendredi soir, lors de la 48ème cérémonie des César : Irène Drésel est devenue la première compositrice à remporter la prestigieuse distinction dans la catégorie de la meilleure musique originale pour son travail sur le film À plein temps. Une victoire éclatante et une avancée majeure dans un domaine réservé aux hommes depuis près d’un demi-siècle.

C’était presque devenu un marronnier pour les amateur·ices de cinéma. Ces dernières années, la cérémonie des César nous avait plutôt habitué·es à un immobilisme consternant sur des sujets pourtant essentiels (égalité entre les femmes et les hommes, représentation des minorités…), au point qu’on avait fini par ne plus rien en attendre de ce côté-là. Au fil du temps, c’est même plutôt ce qui se passait à côté du protocole officiel qui retenait vraiment l’attention et suscitait quelques lueurs d’espoir. On se souvient ainsi de l’intervention salutaire d’Adèle Haenel, qui avait quitté la salle en 2020 pour protester contre l’attribution d’un César à Roman Polanski, ou de celle de Corinne Masiero, qui était apparue nue sur scène l’année suivante pour alerter sur la situation alarmante de la culture et de ses acteurs·ices.

Si la 48ème cérémonie des César n’a d’ailleurs pas franchement échappé à la règle avec son lot de déceptions (palmarès toujours très largement masculin, absence quasi-totale des réalisatrices parmi les nominations…) et de polémiques (la cérémonie a été interrompue lors de l’intervention d’une militante de Dernière Rénovation, évacuée sans ménagement), elle aura tout de même marqué un tournant dans sa longue histoire en consacrant Irène Drésel pour son travail sur la bande-originale de À plein temps, le film d’Eric Gravel. Une première – enfin ! – pour une compositrice dans la catégorie de la meilleure musique originale !

 

Il faut dire que malgré le talent extraordinaire de cette artiste que l’on suit depuis son premier album, rien n’était gagné d’avance. Car depuis la création des César en 1976, soit 48 éditions, seules six femmes avaient été nommées dans cette catégorie jusqu’ici et aucune ne l’avait emporté à la fin : Émilie Simon en 2006 pour La Marche de l’empereur, Béatrice Thiriet en 2015 pour Bird People, Anne Dudley pour Elle et Sophie Hunger pour Ma vie de Courgette en 2017 et Fatima Al Qadiri en 2020 pour Atlantique. Une injustice (très) partiellement réparée, donc, mais surtout une récompense bien méritée pour une artiste qui est parvenue à se tracer une trajectoire à part.

Ambassadrice de la techno sensuelle, Irène Drésel a porté depuis ses débuts l’étendard d’une musique libre et instinctive qui n’appartient qu’à elle, jusqu’à en faire la musique d’un grand film primé aux César (il a également reçu le César du meilleur montage, obtenu par Mathilde Van de Moortel et reçu deux nominations, celle de la meilleure actrice pour Laure Calamy et celui du meilleur scénario original pour Éric Gravel). Une consécration absolue pour un travail extraordinaire qui prend la forme d’une bande-originale planante, onirique et pourtant complètement ancrée dans le réel, qui sert de décor auditif à la course contre la montre que met en scène le film.

Et surtout, on l’espère, un formidable symbole pour toutes les femmes compositrices, à qui Irène Drésel n’a pas manqué de dédier sa victoire. Félicitations Irène !


@ET-DC@eyJkeW5hbWljIjp0cnVlLCJjb250ZW50IjoiY3VzdG9tX21ldGFfY2hvaXNpcl9sYV9jb3VsZXVyX2RlX3NvdWxpZ25lbWVudCIsInNldHRpbmdzIjp7ImJlZm9yZSI6IiIsImFmdGVyIjoiIiwiZW5hYmxlX2h0bWwiOiJvZmYifX0=@