Voyage sans virages avec Pépite aux Nuits Secrètes

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Parce qu’on aime beaucoup les Nuits Secrètes, plutôt que de faire un article global sur le festival, on a décidé de mettre l’accent sur certains artistes qui auront marqué cette édition au cru exceptionnel. Des confirmations, des découvertes et des coups de cœur qui auront égayé nos trois jours. Première étape de notre récapitulatif avec Pépite, qui a ouvert la scène de l’Eden le vendredi.

Le temps est bon, le ciel est bleu en ce vendredi d’ouverture des Nuits Secrètes. La moiteur d’une semaine caniculaire se fait encore sentir en cette fin d’après-midi et c’est sous le toit rouge de la scène de l’Eden que nous nous dirigeons. Cette même scène, qui dès le lendemain nous servira de refuge à la pluie et au froid automnal (perdre 20 degré en deux jours, ça se sent), ouvrait ses portes musicales avec un groupe que nous adorons, nous dirons même sans rougir, un groupe que nous aimons. C’est donc aux géniaux Pépite que revenait l’insigne honneur d’ouvrir un peu le festival (on n’oublie pas Jack’s On Fire dont l’énergie rock nous a charmés, mais avoir eu à lancer son concert au moment de l’ouverture des portes les a clairement desservi)

Pépite donc, si leur album s’appelle Virages, il faut bien être honnête : la musique d’Édouard et Thomas fonce en ligne droite jusqu’à nos cœurs. L’image est facile, elle n’en est pas moins vraie, tant en live les chansons du duo prennent tout leur sens, surtout dans cette formation à cinq qui permet à chaque morceau de trouver sa couleur, sa chaleur et son humanité. Ce qui frappe à les voir ainsi sur scène, ce n’est pas simplement leur plaisir communicatif mais c’est bien cette complicité, ces échanges entre les musiciens qui font vivre un son qui ramène en nous les effluves de la douce mélancolie qui l’habite. Romantique, Pépite ? Aucun doute là-dessus, mais surtout de sacrés musiciens, qui emportent un public qui arrivera de plus en plus nombreux au fur et à mesure du set et qui finira par offrir non pas un, mais deux lancers de soutien-gorge.

Musicalement, nous aurons eu droit à un set divers, habité, inclusif et nous, fans que nous sommes, n’auront pas hésité à reprendre en cœur les refrains de nos chansons favorites, de Feu Rouge à Reste avec Moi en passant par la magnifique Revues ou l’incomparable Les Bateaux. Mais au-delà des tubes, ce sont les petites pépites (oui, on assume) cachées qui nous auront fatalement fait vibrer et nous auront rappelé avec bonheur que Pépite est un groupe magnifique qui trouve tout son sens dans des prestations live puissantes et qui groovent à mort. Mentions spéciales donc à la superbe Monte Carlo qui a ralenti un peu le rythme pour amener l’émotion jusqu’aux bords de nos yeux, mais aussi à Zizanie qui a conclu leur set comme un feu d’artifices. Une manière idéale pour ouvrir un festival et un article idéal pour un point agenda : Pépite sera de passage au Grand Mix le 4 octobre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Pépite (@pepite) le