Adam Naas, le retour de la voix de velours

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Le jeune Parisien à la voix douce et envoûtante s’était hissé sur la scène musicale française en 2016 avec un premier EP Fading Away, signé chez Mercury. Voix moelleuse, esprit soul, paroles mélancoliques, avec Fading Away, Adam Naas laissait présager l’éclosion de quelque chose de grand et de potentiellement addictif. Un an plus tard, il nous livrait l’excellent Please Come Back To Me. Il revient maintenant avec Cherry Lipstick, annonciateur d’un album à venir. 

Le moment du premier album est sur le point d’arriver pour le jeune chanteur, remarqué non seulement dans la presse française mais aussi dans la presse européenne. Occupé à préparer son premier opus depuis quelques longs mois, l’entiché de la musique anglophone sort enfin du silence pour nous proposer Cherry Lipstick, premier titre qui appellera sans doute l’apparition d’autres morceaux dans les semaines à venir. Le phénomène de 25 ans a besoin de la musique pour s’exprimer. La recherche de son répertoire et la découverte de nombreuses sonorités ont été au coeur de son quotidien pour l’écriture de ce premier disque. Il semble s’être trouvé et être prêt à nous présenter le fruit de son travail, tout en commençant par ce premier single offert sur ses réseaux sociaux.

Avec son premier EP toujours présent dans l’arrière de notre tête, Cherry Lipstick semble avoir bénéficié d’une influence plus rock que ses précédents titres avec un rythme accéléré aux allures rétro. Ce qui n’a cependant pas quitté Adam, c’est cette voix caractéristique, enveloppant tous les sens, dont il nous montre davantage l’étendue des graves dans ce nouveau morceau. Sur fond d’acceptation de soi et de liberté, ce premier single printanier laisse présager bien des choses. Alors comme il le suggère lui-même, il reste à danser jusqu’à en mourir sur son titre en attendant la suite.

Adam Naas sera au Botanique le 6 novembre.

Touche-à-tout, gosse éparpillé, enfant de l’indietronica se découvrant un goût pour la nouvelle pop française.