Chris et le nouveau "5 Dollars", une histoire de fantasmes

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

S’il est bien une chose sur laquelle on ne s’attardera pas longtemps en parlant de Christine and the Queens, c’est à propos du présumé scandale sur le plagiat. Qu’on soit clair: on s’en fout et il faudrait que certaines personnes relisent la définition du mot “plagiat”. Christine est une artiste et est libre de créer comme elle l’entend (même s’il est vrai que collaborer avec Dâm-Funk pour utiliser des boucles toutes faites, on ne situe pas trop l’intérêt).

En tant qu’artiste, on ne sait d’ailleurs pas toujours bien à quoi s’attendre avec Christine and the Queens. Réputée pour écrire des textes à double lecture et dont on ne comprend pas forcément la signification fondamentale à la première écoute, la plume de l’artiste n’est pas aisée à décrypter. Cela peut plaire ou déplaire.

Qu’à cela ne tienne, Héloïse Letissier de son vrai nom, nous dévoile la troisième offrande du prochain album, sobrement intitulé Chris, à paraître le 21 septembre. Dans un clip à la David Fincher réalisé par Colin Solal Cardo, Christine affiche un look masculin et un corps androgyne clairement assumés, sa corporalité étant le véritable objet de la vidéo. Elle incarne un marginal flirtant avec des limites invisibles, sa garde-robe divisée entre costumes à la ville et tenues sadomasochistes la nuit. Une ôde débraillée et délicate aux fantasmes enfouis en chacun de nous.

Ce titre n’a pas vraiment la prétention d’être un hit même s’il caresse agréablement l’oreille et que le « 5 dollars, baby blues » pourrait rester collé dans un coin de votre tête. Mais pas comme un refrain incessant, plutôt comme un petit air en arrière-plan. Celle qu’on peut désormais appeler Chris pour mieux coller à la contemporanéité du personnage nous fait découvrir un troisième titre moins groovy, plus linéaire que les deux précédents titres sortis depuis son retour mais ce n’est pas forcément une mauvaise chose. On ne sait pas trop si le clip donne du contenu à la chanson ou si la chanson donne du contenu au clip mais une chose est certaine: on embarquera dans le nouveau monde très cinématographique de Chris avec excitation le 21 septembre.

Touche-à-tout, gosse éparpillé, enfant de l’indietronica se découvrant un goût pour la nouvelle pop française.