(Découverte) Pion fait danser l'apocalypse

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Ceci est un message du futur. Le monde a fini par s’autodétruire… Depuis le temps que vous y échappiez, l’apocalypse et le chaos ont fini par frapper la terre et autant vous le dire, c’est un sacré bordel. Du sang, des larmes, du sable et le retour du Colisée, de ses combattants et de cette réjouissance pour la violence et la mort.
Pas très sexy, pas vrai ? Heureusement, il reste toujours des petites choses pour se réjouir. Et l’une de ces petites choses s’appelle Pion. Non ce n’est pas une pièce de jeu d’échecs, mais un groupe de musique, originaire de la ville que vous appeliez auparavant Paris.

Louis Delorme, François Devulder et Charles Templier (feu Blind Digital Citizen), formant ce trio, ont débarqué de l’horizon, habillés en imper noir et venus prêcher la bonne parole de leur musique hybride, qui n’a comme limite que leur folie et leur talent.

Grâce à une machine extrêmement perfectionnée, on vous les a envoyés depuis le futur. On a épuisé le reste de  l’énergie nucléaire encore présente ici pour vous les transmettre et on espère que vous les avez bien reçus. Ils sont venus pour faire danser l’apocalypse et vous transmettre l’image du monde que vous allez nous laisser.

On a implanté des caméras un peu partout et on a ainsi pu observer leur premier concert qui a eu lieu il y a peu au FGO Barbara. Et apparemment c’était assez fou pour toutes les personnes qui furent présentes, on nous a même parlé d’un mélange étrange entre Mad Max et Starmania, une espèce de comédie musicale sur la fin du monde. Apparemment vous connaissez bien ces références et ça devrait méchamment éveiller votre curiosité.

Sinon on vous conseille fortement d’écouter leur premier EP, il est composé de deux remix et deux titres, dont Sympacide, leur premier single, aux changements de temps singuliers et à la puissance musicale assez phénoménale passant du rock progressif à la house et le tout chanté en français, ce qui est normal pour un groupe signé sur le très bon label Entreprise (ici dans le futur, le chef de la rébellion est un descendant  de ce label et on s’écoute en boucle les albums de Bagarre, Fishbach et Grand Blanc pour se préparer au sacrifice du Colisée).

Grâce à des communications de plus en plus chaotiques, on nous dit que l’album de Pion paraitra d’ici la fin de l’année. On espère qu’il vous plaira. En attendant la corne de brume sonne, il est temps pour nous de partir.

Fin de transmission.

Crédit Photo :

Futur maître du monde en formation.
En attendant, chevalier servant de la pop francophone.