Les 10 clips de la semaine #7

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Cette semaine, en plus de la neige sur les routes, c’est surtout une vingtaine de nouveaux clips qui sont tombés dans nos mains. Partout sur le globe sont arrivées des sorties qui nous ont ravis, surpris et fait vibrer. Du coup, notre équipe d’experts vous a compilé les dix clips de la semaine desquels nous devions absolument vous parler et que vous vous devez de revisionner compulsivement jusqu’aux dix clips de la semaine prochaine. 

Foals – Exits

C’est le grand retour du quintuor de Yannis Philippakis dans nos oreilles. Pour la première sortie de leur album à venir, les Britanniques font fort et s’offrent un clip à l’esthétique très particulière et efficace. Dans un format carré un peu rétro, on assiste à une romance corsée plantée dans une dystopie futuriste et chaotique où l’escrime est en vogue. Un surréalisme délicieux porté par un duo d’acteurs assez surprenant : le jeune Isaac Hempstead Wright, héros de la série Game Of Thrones et la française Christa Théret qui brillait dans le Lol de Lisa Azuelos il y’a presque dix ans déjà. Foals en profite aussi pour annoncer la date de sortie non pas d’un mais de deux albums composant les deux parties du recueil Everything Not Saved Will Be Lost. A retrouver sur leur nouvelle tournée qui passera chez nous en mai à l’Ancienne Belgique et au Bataclan.

 

Alice et Moi – C’est de la frénésie

Elle avait déjà fait fort avec son satirique J’Veux Sortir Avec Un Rappeur et revoilà la Frenchie audacieuse qui revient sur un nouveau titre dansant. Toujours armée de son oeil avant-gardiste, elle pose ses airs cotonneux sur une instru parfois tonitruante et parfois plus douce. Une dualité qu’on retrouve aussi dans les visuels du clip, ici d’un blanc éclatant et là d’un noir bien trempé. C’est sur ce contraste qu’on retrouve un fil narratif semblant s’inspirer de la géniale série Black Mirror et de ses dérives technologiques. L’electro-pop de la jeune artiste est à retrouver le 22 février prochain sur son EP Frénésie. Hashtag Impatience.

 

L’Or Du Commun – Vrai (ft. Roméo Elvis)

On ne pouvait pas passer à côté de celui-ci. Véritable coup de coeur depuis leur incroyable Sapiens, les trois Bruxellois apportent un clip à leur collaboration avec leur collègue Roméo Elvis. Aiguillés par Téva Vetea, un habitué des clips de rap, les fiertés nationales viennent s’inspirer des trois singes de la sagesse pour tonifier cet hymne énervé sur des plans noirs et blancs très esthétiques. Un plaisir de retrouver les quatre amis partager l’écran. De retour à la maison en avril pour un concert bouillant à l’Ancienne Belgique à ne manquer sous aucun prétexte.

 

Ex:Re – The Dazzler

Oups, elle nous a touché dans le coeur. Elena Tonra revient avec un clip sombre pour notre second coup de coeur de son premier album éponyme. Après deux sessions très intenses pour BBC 6 à retrouver ici et , la voix du groupe Daughter surenchérit et délivre une mise en image des plus fidèles aux émotions déjà partagées avec le disque. Une atmosphère pesante et la détresse de cette femme cloîtrée entre les quatre murs de cette chambre d’hôtel, de ce refuge d’âmes esseulées, de cette corbeille à sentiments. Il y’a toujours quelque chose de très touchant dans la juxtaposition des images avec la voix ensorcelante d’Ex:Re. La magie avait déjà opéré avec le somptueux clip de Romance et nous revoilà envoûtés ici par la grâce de Maxine Peake, aperçue dans l’hilarante série Shamelessqui traduit avec brio le thème ombragé et corrosif du titre. La solitude, l’insularité, l’isolement. Tels sont les maîtres mots de ce visuel touchant qui joue beaucoup sur l’ardeur de cette couleur rouge, synonyme d’urgence.

 

Sam Fender – Play God

La prouesse esthétique de la semaine, c’est celle-ci ! Succédant à l’impressionnante Jorja Smith, le jeune Britannique remportait il y’a peu le convoité Brit Awards Critic’s Choice et gagnait en même temps nos coeurs. Il revient cette semaine avec un visuel pour le puissant Play God à retrouver sur la bande-originale du phénomène FIFA 19 (comme quoi, le monde du foot cache bien des surprises). A la réalisation, on retrouve les mains expertes du grand Vincent Haycock, à l’oeuvre dans les clips de Florence + The Machine et Lana Del Rey, pour ne citer qu’elles. Dans ce génial court-métrage en noir et blanc à l’image délicieusement granulée, on assiste à la critique de cette société remplie de pseudos-dieux qui se pensent capables et autorisés à tout. Le réalisateur confie : “J’avais envie d’estomper cette distinction entre fiction et réalité en exprimant toutes ces façons que nous avons de nous prendre pour Dieu quotidiennement.” Cela nous donne une pléthore de situations tristement d’actualité qui vont de la masculinité toxique à l’objectification sexuelle en passant par toutes ces relations nourries de pouvoir et de peur. Un clip qui vise juste. Une vraie pépite à retrouver en avril au Badaboum et à l’Orangerie pour Les Nuits Botaniques 2019.

 

The George Kaplan Conspiracy – Ninja

Le duo électro est de retour avec un nouveau clip coloré et ambiancé. Avec ce nouveau titre annonciateur d’une suite des plus intéressantes, les Français viennent jouer de leur groove solaire pour nous faire vibrer et sourire. Armés d’une caméra mini DIV, c’est en plan séquence qu’ils nous invitent à cette soirée parfaite à laquelle on a toujours rêvé d’être invités. Ambiance intimiste et danses chaloupées, c’est l’univers choisi qui vient coller parfaitement aux sonorités de ce morceau prometteur et vivant qui ne peut que nous donner envie d’en entendre plus.

 

Lolo Zaouï – Jade (ft. Blood Orange)

La surprise de la semaine. Si les deux artistes étaient respectivement de vrais coups de coeur, l’une pour son énergie brûlante découverte l’été passé sur les scènes du We Love Green, l’autre pour l’originalité et la beauté de son album Negro Swan, leur collaboration est certes inattendue mais tellement réjouissante. Les rythmes sont accrocheurs, le mariage est alchimique. La volupté presque innocente de Lolo à laquelle se confronte le flow plus brut de Dévonté Hynes. Jackpot pour la jeune Franco-américaine qui signe une collaboration brillante empreinte de sensualité et de romantisme. Le clip traduit bien cela en mettant en scène les deux artistes au style irréprochable jouant une vie de couple idyllique dans une villa californienne à en faire rêver plus d’un. Un cliché sublimé par le visionnaire Nick Harwood, déjà aux commandes des visuels de Blood Orange.

 

ROSALÌA – DE AQUÌ NO SALES (Cap.4: Disputa)

C’est la nouvelle perle que tout le monde s’arrache, la grande hype du moment : la Latina ROSALÌA et ses hymnes lancinants. Si son titre MALAMENTE (Cap.1 : Augurio) lui a valu ce grand coup de projecteurs, le reste de son second album El mal querer est tout aussi flamboyant. Preuve en est, ce titre expérimental qui se décore aujourd’hui d’un visuel des plus atypiques. Des plans minutieux qui reflètent l’étrangeté et la mystification du personnage de la jeune Espagnole et qui viennent se synchroniser aux rythmiques saccadées du morceau pour livrer près de trois minutes tout bonnement captivantes. Le phénomène est à retrouver cet été au We Love Green.

TERRITORY – Late Night 

C’est beau, c’est chaud. Le nouveau clip de ce groupe de rock ambiante nous plonge dans une balade sans fin dans les rues de la Ville Lumière. Une balade qui personnifie assez bien l’atmosphère du titre : un sentiment d’onctueuse errance provoqué à l’écoute de ces riffs délicats et par la mélancolie de leurs voix entrelacées. Les rythmes s’accélèrent crescendo et la démarche du marcheur suit le mouvement, harmonisant ainsi le visuel et le morceau pour livrer un clip vibrant. Le quatuor français s’apprête à sortir un premier EP appelé Times, New Romance et ça c’est une vraie bonne nouvelle.

 

Aminé – BLACKJACK

Il l’a fait. Un clip de rap américain sans paire de fesses généreusement huilées ni de piscines de billets ? Un clip de rap américain qui ne respire pas la phallocratie ou l’overdose ? Presque comme une épiphanie, c’est pour le morceau BLACKJACK que le petit prodige de Portland réalise cet exploit sans pour autant perdre ce ton d’humour irrésistible retrouvé sur le visuel du tube REEL IT INIci, il revisite High School Musical à sa sauce en s’inspirant de la comédie américaine School Of Rock qui devient adéquatement la School Of Rap le temps d’un clip. Le résultat donne plus de trois minutes de bazar narratif porté par le jeu hilarant du rappeur qui s’en donne à coeur joie pour livrer ironie, sarcasme et second degré. Aminé sera de passage chez nous en février pour deux concerts sold-out au Botanique et au Trabendo.

 

[BONUS DÉCOUVERTE]

IPPON – Velocity

Le temps passe tellement vite que c’est avec une semaine de retard qu’on vous parle de Velocity d’IPPON, mais il n’est jamais trop tard ! Après un long travail de production, de réarrangement et de mixage, le premier morceau composé par les trois Nancéiens et ayant donné naissance au groupe est enfin là, accompagné d’un superbe clip en bonus ! Velocity, c’est le fruit d’une longue réflexion sur le temps qui court, l’influence qu’il peut avoir sur certaines choses de la vie mais aussi son pouvoir destructeur. C’est également l’idée du changement, processus qui dépend de ce temps qui défile. Sa perception est propre à chacun et fait de nous ce qu’on est aujourd’hui : “Time is a War” comme le dit si bien la chanson ! Et ce temps qui passe, on le ressent par l’aspect répétitif qu’a la musique, caractéristique du Krautrock ou de la musique Psyché. Le clip de Velocity permet de percevoir cette temporalité notamment par le changement de personnage mais aussi par le fait de rentrer dans le live et d’en sortir ou par le mouvement rotatif que prennent la roue et le disque sur sa platine. Le tout dans un climat sombre et pesant. Une chose à dire : on à hâte de voir l’impact que le temps aura sur IPPON pour la suite !