Live Report - La première date de Marc Rebillet à Paris

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Ce jeudi 31 janvier avait lieu le premier concert de Marc Rebillet à Paris. Showman américain spécialisé dans l’impro, il s’est fait connaître ces derniers mois par ses nombreuses vidéos filmées depuis sa chambre qui ont accumulé un nombre incroyable de vues. On était présents à la première date parisienne de sa tournée en Europe, et on vous raconte comment c’était !

Vous avez sûrement déjà entendu parler de Marc Rebillet. Une vidéo qui vous a filé sous les yeux lors d’une session de scroll sur les réseaux, ou un pote qui vous en aurait parlé. Il y a environ deux ans, il était juste un américain de Dallas qui avait une forte envie de quitter les jobs qu’il occupait successivement, et un certain talent pour l’impro. Rajoutons à ça le fait qu’il se soit mis au piano très jeune, dès l’âge de 5 ans, et on obtient un mec en slip dans sa chambre en train de s’amuser avec un looper, un micro et un clavier sur Youtube. L’été dernier la recette a commencé à prendre, notamment avec l’upload de ses vidéos sur sa page Facebook. Elles ont vite commencé à se répandre un peu partout, presque aussi bien qu’une mauvaise vidéo Buzzfeed. Quelques dizaines de millions de vues et une grande tournée US plus tard, il décollait pour une tournée européenne en janvier dernier.

L’attente était alors énorme pour sa première date à Paris, les places se sont envolées en quelques heures. Initialement prévu à la Bellevilloise, le show a même été décalé au Trabendo faute de places et compte tenu de la forte demande.

La première partie est assurée par Ouai Stéphane, figure timidement montante de l’électro décalée dont on vous parlera sûrement lors d’une prochaine chronique. Dès l’arrivée de Marc, les smartphones du public sont déjà pointés vers sa tête, tourbillonnant au rythme des beats trap qu’il enregistre à la volée avec son looper. On note que le premier morceau joué est dédié au mouvement gilets jaunes, le public semble déjà conquis. On quittera très vite ce sujet d’actualité pour des thèmes plus légers, comme par exemple un morceau dont les paroles énumèrent les différents aliments composant un petit déjeuner complet.

On se rend rapidement compte que Marc Rebillet est en recherche constante d’interactivité avec son public, toujours à saisir les nombreux appels de la foule pour mieux enchaîner sur des morceaux semi improvisés. On se retrouve par exemple à scander en choeur le nom du type qui vient de porter ironiquement secours à Marc suite à sa chute maîtrisée sur scène. Il sample alors immédiatement nos cris dans son looper pour ajouter par dessus kicks, snares et synthés tout en s’agitant frénétiquement comme il le fait pour la plupart de ses morceaux.

C’est un hyper productif. Avant de partir en tournée, il s’est lancé le défi de sortir une impro par concert, ayant pour thème la ville dans laquelle celui-ci prendra place. Avec son emploi du temps chargé, il a enregistré son morceau sur Paris pendant les balances du concert, quelques heures avant le début du show. Toutes ces vidéos, ajoutées aux précédentes, permettent à Marc et son public de s’échanger des private joke au fil du concert. C’est donc un live totalement hybride, pas uniquement composé de musique, mais aussi de nombreux épisodes réellement drôles. On a par exemple pu assister à une partie de baseball à coups de micro dans des ballons renvoyés par la foule, ou encore à un massage offert à Marc par un des membres du public, visiblement plutôt séduit par l’artiste.

Après une heure trente de morceaux aussi absurdes que la coupe de cheveux de notre voisine de devant, la fin du concert approche. Marc évoque avec un certain calme qui dénote avec du reste son père français Gilbert décédé l’été dernier : “Il aurait été si fier de me voir jouer devant toutes ces personnes à travers le monde”, nous dit-il. Il quitte la scène, avant de revenir pour un rappel, contraint par la foule qui l’acclame. Le public redouble alors de folie et le pogo en son centre également. Marc finit par un slam jusqu’à l’arrière de la salle, avant de revenir triomphant, et de quitter à nouveau la scène, cette fois pour de bon.

L’ambiance retombe, on reprend nos esprits. Et on lit sur les visages la satisfaction d’avoir vécu ce moment ensemble. C’est sûr, ça change d’une vidéo sur Facebook.

On lui souhaite une excellente fin de tournée, et on lui fait confiance pour trouver des sujets d’impro toujours plus fous.