Sous les sunlights des Tropi-Cléa

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Le Record Store Day, rebaptisé Disquaire Day pour les francophones , s’est au fil des ans un peu éloigné de son projet original, celui de mettre en avant des petits labels ou des sorties inédites d’artistes. Devenu un événement commercial à part entière, on n’y trouve désormais plus de réédition en édition limitée couleur que de véritables nouveautés créées spécialement pour le jour des disquaires.
Mais pourtant, un peu comme Astérix et son village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur, on trouve chaque année des petites pépites, des choses inattendues et réjouissantes, qui allègent notre portefeuille mais remplissent notre cœur de joie et d’allégresse.
Cette année, cette perle tant attendue et recherchée, on la doit à une artiste qu’on apprécie beaucoup:  Cléa Vincent qui,  environ 6 mois après  Retiens mon désir, premier album entêtant et réjouissant,  rabat les cartes de sa pop avec Tropi-Cléa. La où son premier album nous avait aidé à combattre la morosité de l’automne, ce nouvel EP composé de cinq titres, nous fera patienter jusqu’aux premiers jours de l’été.
Si on continuait sur les images, on pourrait dire que ce joli coup de poker se transforme en une quinte flush de cœur, chaque chanson frappant sa cible en plein centre.

Chaque chanson raconte une histoire et l’écriture  si directe, et faussement naïve,  de la parisienne continue de faire mouche, affirmant un style qui lui est propre et bien loin des clichés auxquels on voudrait la coller.
Si justement sous titré  les sessions du soleil, c’est au niveau des couleurs musicales que le changement opère : remplie de soleil, bercée par des cuivres et des pianos chaleureux, la musique se fait aussi plus organique, plus dépouillée, cette sensation étant sans doute due au fait que l’album a été enregistrée dans des conditions lives et plus directe.
On appréciera particulièrement la sublime Baie de Mes Rêves, ode à la nuit et aux bains de minuits, mais aussi la réorchestration de Méchant Loup déjà présente sur Non Mais Oui.  On saluera aussi la présence de l’excellent Kim Giani  sur le duo Destination Tropicale, chanson parfaite pour tout road-trip qui se respecte.

Cléa Vincent nous offre donc une bonne cure de vitamines musicales, entre poésie et introspection, entre chaleur et voyage, elle continue de tracer sa route,  le regard vers l’horizon ou le soleil de l’été pointe le bout de son nez.

Futur maître du monde en formation.
En attendant, chevalier servant de la pop francophone.