Ysé Sauvage et son Scenario

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

La période de Noël réveillant toujours nos envies enfouies de cocooning au coin du feu, la douceur de Ysé Sauvage semble être un must-have pour cette fin d’année. Cette jeune française, 20 ans à peine, autodidacte et multi-instrumentiste, nous a fait fondre le cœur avec son nouvel EP Scenario, véritable pépite d’une délicatesse sans nom. C’est tout ce dont nos oreilles avaient besoin pour affronter la dureté de l’hiver.

Violoncelliste depuis ses trois ans, Ysé Sauvage est une touche à tout qui se met ensuite à la guitare et aux percussions. Fille d’une pianiste, c’est naturellement qu’elle se dirige vers le clavier ensuite. Elle sortira ainsi son premier EP Pieces, à l’aube de ses 16 ans, et fera les premières parties d’artistes tels que Yaël Naim et Tété. Trois ans plus tard, la voici de retour avec Scenario, un second EP tout aussi exquis. Un EP qui évoque l’amour, la mélancolie et le temps qui passe, respectant ainsi les sujets de prédilection de la catégorie folk.

Same Old, titre vitrine de cet EP, nous a embarqué très loin dans les méandres de la mélancolie. Avec sa mélodie piano-voix, le titre débute tout en douceur pour finalement monter en intensité et en émotions. L’ambiance ainsi que la voix de la chanteuse ne sont pas sans nous rappeler la délicatesse de Cat Power. Who Am I emprunte la même direction mais cette fois-ci grâce à un trio guitare-voix-banjo et un ton plus grave donnant l’impression que le titre est très personnel pour la jeune chanteuse.

Ysé Sauvage, comme pour nous épargner, rythme son EP en alternant titre mélancolique et titre plus pêchu tout au long de son œuvre. Suivant cette directive, viennent alors California et Blue. On a là des morceaux beaucoup plus légers où la voix suave de la chanteuse se marie avec des percussions, offrant ainsi une mélodie plus pop. La jeune femme prouve donc son éclectisme puisqu’elle brille aussi bien dans les deux registres.

Deux titres sombres, deux titres plus enjoués et un cinquième : Love Always qui vient trancher et clôturer cet EP avec une teinte d’espoir parsemée d’ambivalence en terme de relation amoureuse : « Even though you’ve destroyed me, I can’t bring myself to being angry ». Cinq morceaux, cinq histoires, cinq scénarios où nos choix influent et offrent une «multitude de futurs possibles » pour dessiner notre vie.

  • Le 25 janvier @ Paris
  • Le 26 janvier @ Mantes-la-Jolie