2019-2019: Bagarre quitte le club et affronte le monde

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Depuis la sortie du premier album 1,2,3,4,5, La Bête, Majnoun, Emmai Dee, Mus et Maître Clap ont enchaîné les concerts. Les cinq membres nous ont fait vibrer, nous ont fait hurler à travers toute la France. Et quelle expérience ! On est tous sorti d’un de leurs concerts en se demandant ce qu’on venait de vivre, ou déclarant simplement : “C’était un des meilleurs concerts de ma vie”. Le groupe avait déjà annoncé l’album en août dernier, pendant leur concert endiablé à Rock en Seine, donc c’est avec joie qu’on retrouve Bagarre aujourd’hui avec 2019-2019.

Comme à leur habitude, Bagarre nous annonce la couleur avec un premier morceau assez fort, ici Ola OlaEt on plonge directement dans le nouvel univers du groupe français. Les paroles (“Viens faire la ola – ola devant les Champs-Élysées“) nous rappellent de suite une certaine actualité politique.

Au revoir à vous, second single de ce nouvel album, est dans cette même continuité. Bagarre raille l’inaction écologique et le sort de notre chère planète Terre. “J’aurais voulu qu’on s’aime tous, au revoir à moi, au revoir à toi” scandent-ils. Le clip voit Bagarre envoyer, au sens propre comme au sens figuré, balader la merde ambiante de notre monde. Ce morceau est aussi un hommage à Salut à Toi, hymne punk des Béruriers Noirs.  

 

BB chéri, troisième track de l’album, nous permet de souffler avant le point culminant : Ultraviolience. Le morceau questionne évidemment la violence de notre monde, qu’elle soit symbolique ou complètement frontale : elle est là, nous empare et est en nous: “ Je hais la terre entière, je rêve de tout brûler / Comme la police municipale j’ai haine mais pas d’armes, j’ai un rêve mais j’ai pas d’balles / J’ai un cœur mais j’ai pas d’âme / Plus de pleurs et plus de larmes, vive le feu et vive les armes” scandent-t-ils. 

2019-2019, est un album qui a été écrit sur le vif, pendant ces mois de tournée, comme une réponse à tous les événements anxiogènes de l’actualité : les nombreuses manifestations et leur répression policière, mais aussi le péril écologique et la détresse économique. Comment continuer de croire et vivre dans un monde aussi déchaîné ? Musicalement, on voyage entre techno et gabber, en passant par des morceaux un peu plus pop. C’est comme ça que nous (re)découvrons Kabylifornie, morceau co-produit par Vladimir Cauchemar, où Mus nous parle de son histoire, de pluralité d’identité et le tout avec fierté. 

 

Ensuite, on découvre Coeur=motel. Ce morceau, un peu plus pop, est à l’image de Bagarre : quelque chose de très hétérogène, un mélange de genres qu’on ne pourrait résumer. C’est Adieu victime, morceau de moins de deux minutes, qui clôture 2019-2019. “Adieu victime de l’an 2000 (…)” chuchote la voix de Emmaï Dee. 

2019-2019 est un album certes court, mais puissant. Sans forcément parler des instrus’, de la prod’, ces sept morceaux sont marquants par leur actualité, leur message. Des morceaux engagés et engageants qui s’inspirent du réel, de ce qui nous entoure. 

Parce que Bagarre, c’est ça. Des personnes qui pourraient être dans ta bande de pote et avec qui tu pourrais aller en manif, avec qui tu peux penser notre monde et son actualité, ceux que tu pourrais croiser en club. Alors on n’attend que ça : les retrouver, sauter, hurler, se déchaîner, militer, se sentir vivants. On aura l’occasion de retrouver les cinq fous furieux à l’Olympia, le 29 novembre, pour une soirée endiablée.