Christine & the Queens au cœur de la Cité de Carcassonne

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Un peu à la mode, le cachet des lieux anciens attire les foules pour concerts et festivals. Des arènes de Nîmes aux Nuits de Fourvières à Lyon, l’Antiquité et le Moyen Âge sont en fait des lieux propices à nos événements musicaux du présent. À Carcassonne, c’est au sein du théâtre Jean Deschamps, en plein cœur de la Cité médiévale, que la ville accueille chaque année des dizaines d’artistes pour une partie de son festival, qui se tient tout le mois de juillet. Ce mardi 16 juillet, c’est donc dans un lieu d’exception et magnifique que l’on a assisté au concert de Christine & the Queens, aka Héloïse Letissier la prodige de la pop française qui a désormais séduit l’international.

Avant d’accueillir Chris et ses danseurs, le public est d’abord allé à la rencontre d’Élodie Martelet, jeune talent découverte dans The Voice puis prise sous l’aile de Vianney. C’est timidement et accompagnée de sa guitare que la jeune femme s’est produite devant l’amphithéâtre carcassonnais. Enchaînant les titres, elle a petit à petit pris confiance et s’est emparée de la scène en proposant des ballades joviales et énergiques, avant de laisser place à la tête d’affiche de la soirée.

Acclamée par le public avant même son arrivée, Chris démarre son set par Comme Si, et le ton de la soirée est alors donné : amour, liberté et ouverture d’esprit seront les maîtres-mots de la soirée. Si Héloïse Letissier est suffisamment charismatique et énigmatique pour tenir un concert à elle toute seule, elle est néanmoins sublimée par l’accompagnement de ses six danseurs. Ainsi, c’est littéralement un spectacle que la jeune femme nous a offert, alternant prestations vocales et chorégraphies défiant parfois les lois de la gravité.

Étiquetée comme timide et introvertie, Chris nous prouvera qu’elle est en fait tout l’inverse, puisqu’elle interagira tout au long de la soirée avec son public, allant même à sa rencontre lors d’une montée des marches pour le titre Saint Claude : un moment suspendu dans le temps au sein de l’amphithéâtre. Elle partagera explications et anecdotes philosophiques avant pratiquement chaque chanson et réclamera sentiments et amour de la part de son public. Toujours pas rassasiée, elle ira même jusqu’à nous faire chanter Pour Que Tu M’Aimes Encore de Céline Dion.

Pendant près d’une heure et demie de concert, elle enchaînera les titres de son premier album Chaleur Humaine, portrait de son premier alter ego Christine pour ensuite alterner avec des titres de sa nouvelle personnalité : Chris. Le public s’emballera dès les premières notes de Christine et imitera sa chorégraphie si particulière. Les nouveaux titres ne seront pas laissés pour compte, puisque la scénographie et les jeux de lumière et pyrotechniques accompagneront avec talent 5 dols ou encore L’étranger.

C’est un public complètement hystérique et conquis que laisse Chris lors de son dernier titre, lorsqu’elle quitte la scène. Elle sera cependant forcée de revenir tant les applaudissements et la standing ovation feront résonner les murs du théâtre. Pourtant peu fan du concept des rappels, devant ce concert si intime et particulier, elle réinstalle tout de même son micro et se lance dans une interprétation délicate de Nuit 17 à 52 bercée par les chœurs du public.

Remerciements et crédit photos © Manon Roux – Ville de Carcassonne