First Shot #15 : Kiani and his legion, l’insaisissable éclectique

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Dans First Shot, la rédaction de La Vague Parallèle mise une pièce sur des artistes qui font tout juste leur entrée sous les projecteurs. Aujourd’hui, on met le focus sur Kiani and his legion, jeune artiste flamand, aux multiples casquettes.

Kiani and His Legion, comme son nom ne l’indique pas, fait en réalité band à part… Il peut également vous mystifier à nouveau en déclinant moult noms d’emprunt : Huygens; Far Out Radio System ou encore Thomas Neyens, son nom, son vrai. Autant d’alias que de styles musicaux. Ce jeune DJ et producteur est originaire de Belgique, en Flandre. Il est installé à Genk, ville néerlandophone dans laquelle les longues et rythmées nuits sont estampillées de son label Tanzbar Records.

Dans une interview accordée à Redbull(1), Thomas Neyens évoque ses premiers contacts avec la musique électronique : Boards of Canada, Aphex Twin et Ricardo Villalobos. Lancinants, ses morceaux oscillent entre Minimale, Techno et parfois House. Une chose est sûre, à l’écoute de cet artiste l’esprit s’installe confortablement dans une atmosphère d’électronique ambiante (traduction maladroite du genre « ambient »).

Close your eyes… and fly, vous conseille une voix froide et synthétique. Elle vous invite à la rejoindre, de l’autre côté. D’emblée, l’EP Lima Oscar Victor Echo, son dernier, sorti en 2017, tente de vous saisir. Il est produit par le label Something Happening Somewhere (SoHaSo), basé à Utrecht, maison de disques du lunaire DJ Nuno Dos Santos. Il en ressort une petite production plutôt expérimentale et atypique.

Elle illustre parfaitement l’exploration musicale de l’artiste. Le dernier titre de l’EP en témoigne plutôt bien : 18 minutes. Le temps d’un long cheminement vers une douce mélodie obsédante qui vient conclure le tout. 7 titres, qui tracent un spectre très élargi d’influences, d’autant plus perceptible à l’écoute successive des morceaux. Ils ne se ressemblent, ni dans leurs sonorités, ni dans leur schéma. Un brin perturbant pour celle ou celui qui s’attendait à de la constance dans le genre musical !

Aux dernières nouvelles, Thomas Nuyens est paru sur une compilation tournée vers la Deep House, du label SoHaSo toujours, nommée Nowhere01. C’était en 2018, il y a bien trop longtemps maintenant !