Focus : 5 artistes à ne pas manquer aux Beautés Soniques 2019

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Namur, c’est toujours une bonne idée ! C’est d’ailleurs dans son cadre idyllique que se tiendra du 22 au 27 octobre prochain la septième édition des Beautés Soniques, prête à réchauffer vos coeurs refroidis en cette période automnale. Du coup, comme on est trop sympa à La Vague Parallèle, on vous a déniché les perles à (re)découvrir de toute urgence durant ces cinq jours de pure musicalité.

Di-Meh (25 Octobre – Le Delta)

“Se bousculer comme sur un pogo dans un concert de Di-Meh” c’est Roméo Elvis, le roi du bordel scénique lui-même qui le dit : la pépite rap de la scène suisse est un tourbillon de talent et d’énergie. C’est le prince des connexions, car si l’artiste excentrique a bien compris une chose, c’est que l’on n’évolue jamais mieux que lorsqu’on est bien entouré. CaballeroJosman ou encore Nepal : tous ont matché avec l’univers surchauffé du jeune rappeur et ont fait place à ce gros bonnet de cette nouvelle scène du rap francophone. Mélangeant les cultures urbaines à celles du monde du skateboard, Di-Meh a su proposer une identité artistique accessible et attachante au rap décomplexé et aux textes délicieusement provocateurs. Avec son confrère Makala, c’est entre les murs du Delta, nouvelle Maison de la Culture de Namur fraîchement métamorphosée, qu’il viendra défendre les couleurs du rap genevois. Grand dawa en perspective.

Saudade (26 Octobre – Abattoirs de Bomel)

C’est fort. Saudade, c’est ce nouveau groupe belge, cette véritable découverte de l’édition 2018 du concours Court-Circuit qui met chaque année en avant la nouvelle scène musicale de la Fédération Wallonie-Bruxelles. La saudade, c’est ce sentiment mélancolique mêlé de rêverie et d’un désir de bonheur imprécis. Une définition facilement applicable à Flowers & Dust, leur EP partagé l’an passé et qui harmonisait l’onctuosité du jazz à la candeur d’une soul minimaliste et à la chaleur de cette voix groovy. Un mélange convaincant qui nous emporte sur ces riffs de guitares envoûtants loopés à l’infini, un aller-simple pour le spleen le plus rythmé de votre vie.

LAAKE (27 Octobre – Théâtre Jardin Passion)

Venez faire connaissance avec la version piano de Jon Hopkins. Car si le registre lie les deux artistes, il y a aussi cette même envie de s’immerger profondément dans les rythmes manipulés, de creuser toujours plus loin dans les combinaisons étriquées de sons et de beats pour nous atteindre plus profondément. Raphaël Beau, de son vrai nom, se démarque de cette scène électro de par cette association audacieuse entre la rigueur du piano classique et l’expérimentalisme de l’électronique. Une fusion qui coule comme du miel et qui suit la lignée de grands artistes comme Nils Frahm, par exemple. Mais ici encore, LAAKE sait se démarquer et enrobe ce piano électronique d’une couleur bien particulière qui est la sienne, infusant nostalgie et intensité dans ses compositions. Un grand moment qui s’annonce.

Le 77 (27 Octobre – Théâtre Jardin Passion)

Ce groupe de jeunes ultimes bawlers nous provient de Belgique, plus exactement de sa capitale Bruxelles City. Ce groupe est composé de 4 membres/cohabitants super musclés. Le 1er n’est autre que Morgan, il se charge du Djing mais sa principale fonction est de composer de véritables instrumentales pour ce groupe. Le 3ème membre est le MC beatmaker dr Peet aka Dirty Peet, messager porteur d’amour. Le 3ème étant le manager de la team, je vous présente Rayan, aka John Prince. Et enfin le 4ème membre de cette ultime team est un ancien membre du groupe bruxellois « L’or du Commun », je vous présente Félé Flingue, aka le double F, véritable coq de combat scénique. Voici 4 «purtypes» aussi soudés qu’une paire de bawlz. Ils disposent d’une énorme capacité de skilz, prêts à tout pour braver les plus gros défis qu’ils croiseront sur leur route sacrée. Leur autodérision et leur sensibilité musicale est un mariage ambitieux visant à partager une énergie positive et un message d’amour dans ce monde au cul plat. (© Beautés Soniques)

Flavien Berger (26 Octobre – Théâtre de Namur)

Doit-on encore vraiment vous présenter ce génie ? Flavien Berger, c’est le genre d’ovni musical qui transcende son époque. Véritable expérimentateur, il joue avec le temps pour s’inspirer du passé, anticiper le futur et infuser tout cela dans l’air du temps du présent. Le résultat est déconcertant, novateur et addictif. Difficile d’analyser un projet aussi fascinant que son album Contre-Temps, véritable chef-d’œuvre révolutionnant notre rapport à la musique française. Berger défie les lois de la poésie tout en la sublimant par des textes directs, simples et candides. Ses productions rétro-futuristes s’accordent parfaitement à cette idée d’effritement temporel, de désordre chronologique et ses morceaux éveillent en nous une curiosité particulière, mélangeant incompréhension et admiration. Il partageait tout récemment radio contre-temps, une démo complémentaire offrant une vision plus globale de la complexité de cet album hors du temps. C’est le rendez-vous immanquable du festival.

Plus d’infos et tickets sur le site officiel des Beautés Soniques.