Focus : 6 Artistes à ne pas manquer à La Bonne Aventure

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Festival satellitaire, porté par la même équipe et la même envie que son grand frère Les Nuits Secrètes, La Bonne Aventure revient en cette fin du mois de juin pour une troisième édition. Au programme : une grande scène, un front de mer, un klub, des légendaires parcours secrets et surtout beaucoup, beaucoup, beaucoup de bonne musique. On vous détaille nos coups de cœur à ne pas louper ici bas.

 

Feu! Chatterton (la grande scène le 22 juin & les parcours secrets) :

Ils se feront rares cet été. Après une année 2018 en forme de tournée marathon où ils auront porté leur exceptionnel Oiseleur partout sur les routes de France et de Belgique, le quintette a décidé de se faire discret. Chaque apparition du groupe sur scène est donc un petit événement qu’il ne faut pas manquer. Ce passage en terres du nord est donc à marquer d’une croix blanche et on ne peut que vous conseiller d’aller voir l’un des meilleurs groupe de rock français actuel. De la tension, de l’émotion et de sacrés musiciens, voici la recette parfaite qui guide les Feu! Chatterton. De La Malinche à L’ivresse en passant par Boeing ou Souvenir, la musique des parisiens est de celle qui nous emporte et nous emmène. Si vous les avez déjà vus, vous savez ce qu’on veut dire, si ce n’est pas encore le cas, la découverte est obligatoire. En plus, la grande scène de La Bonne Aventure est gratuite, vous n’avez donc pas d’excuse.

 

Silly Boy Blue (les parcours secrets) :

Encore une habituée de La Vague Parallèle, mais on ne se lasse jamais de le répéter : vous allez aimer Silly Boy Blue. La dernière grande gagnante des Inouïs du Printemps de Bourges viendra faire vibrer vos tympans avec son superbe premier EP But You Will. Elle viendra surtout purger vos glandes lacrymales car une chose est certaine : vous allez pleurer. À fleur de peau, le fil de l’émotion n’a jamais paru aussi juste que sous les notes et les mots de la jeune nantaise. On en profite pour vous rappeler le concept des parcours secrets : vous prenez un ticket et vous partez à l’aventure. Vous ne savez pas où vous allez ni qui vous allez voir. On ne peut donc que vous conseiller de prendre vos billets pour toutes les sessions, histoire d’être certains de ne pas rater ce petit phénomène qui ne cesse de grandir, histoire de pouvoir dire quand elle remplira des salles beaucoup plus grandes “on était là à ses débuts“. En tout cas nous on l’aime déjà, on le répète encore et encore. Si vous avez besoin d’être convaincus, écoutez donc The Fight. Vous verrez, vous n’aurez qu’une envie : en découvrir davantage.

Boys Noize (le klub le 22 juin) :

Gloire à Alexander Ridha ! Depuis 15 ans, le producteur et DJ allemand ne cesse de nous faire danser et de nous en foutre plein la tête. Quatre albums sous le bras qui oscillent entre brutalité et tendresse toute relative, des collaborations prestigieuses notamment avec Diplo mais aussi avec Mr Oizo pour l’explosif projet Handbrakes et une poignée d’excellents remixes, de Feist à Justice en passant par Late Of The Pier, ont fait du hambourgeois un incontournable de la scène électronique mondiale. Son passage le samedi soir sur la scène du Klub à Dunkerque promet un grand moment où l’amour et la violence se côtoieront et où, tel un Jésus des platines, il transformera les corps en sueur.

 

Meute (la grande scène le 23 juin) :

Nous restons en terre allemande, toujours à Hambourg d’ailleurs, ainsi qu’en territoire électronique, mais point de platines à l’horizon, point de synthés et point de machine étrange. Avec Meute, la musique électronique prend un départ en fanfare ! Projet absolument génial qui a déjà fait le tour de l’Europe, le collectif prouve avec bonheur que la danse n’a pas besoin d’électricité, pas besoin de gros beat qui fracasse les oreilles pour nous emporter sur le dancefloor. Tout ce qu’il nous faut, c’est une étincelle de folie et beaucoup de talent. En reprenant les plus gros hits de la musique électronique, notamment You & Me de Flume ou Rej de Âme façon fanfare de la Nouvelle Orléans, les allemands enthousiasment tous les festivals par lesquels ils passent. C’était déjà le cas l’année dernière aux Nuits Secrètes avec un des plus beaux moments de l’édition, on met notre pièce que ce sera à nouveau le cas en ce dimanche pour La Bonne Aventure.

Parcels (la grande scène le 22 juin) :

Cette fois-ci, on change de continent. S’ils sont installés à Berlin, c’est bien d’Australie que viennent Parcels. Cela fait bientôt cinq ans qu’ils font danser toute la planète au rythme de leur pop funky absolument inarrêtable. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, si elle fait danser, si la température augmente considérablement dès qu’on passe un de leurs titres, leur musique traîne aussi avec elle un spleen lancinant et une mélancolie bienvenue. Sur scène, ils font partie des valeurs sûres de la musique actuelle, le genre qu’on ne se lasse jamais de voir et revoir, puisqu’à chaque fois l’histoire retient qu’un concert de Parcels se transforme en petit moment de bonheur duquel on ressort toujours avec le sourire au lèvres et les semelles de chaussures un peu plus usées qu’une heure auparavant. Impossible de résister à Lightenup, Overnight ou Bemyself. Parcels, l’essayer c’est l’adopter.

 

Charlotte Gainsbourg (la grande scène le 22 juin) :

On finit notre sélection avec une princesse, que disons-nous, une reine. Actrice incandescente, personnalité fascinante, Charlotte Gainsbourg est aussi une musicienne formidable. Son passage sur la grande scène de La Bonne Aventure fera sans aucun doute partie des grands moments musicaux à vivre cet été dans le nord de la France. L’artiste a toujours su bien s’entourer pour ses créations musicales de plus en plus personnelles. Avec REST, c’est du côté de SebastiAn qu’elle s’est tournée pour un album aussi dansant qu’il peut être habité. Sur scène, elle est accompagnée de la fine fleur de la scène indépendante française actuelle pour livrer un spectacle puissant autant musicalement que visuellement, porté par un jeu de lumière absolument ébouriffant et des titres complètement retravaillés pour la scène.