Playlist d'une chaude nuit d'été

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les peaux sont d’or. Les corps ruissellent sous l’étourdissant roi soleil. Les cheveux ont goût de sel. C’est l’été. Alors, nous avons imaginé une nuit, de celles qui portent des embruns iodés, anisés puis… L’inoubliable ritournelle nourrissant le spleen des prochains trois cent soixante-cinq jours. Mais avant de côtoyer la noirceur des fonds marins, grimpons les dunes, voguons par-delà l’azur, laissons-nous guider via l’itinéraire d’une chaude nuit d’été que voici.

Ben Howard (feat. Sylvan Esso) – Hot Heavy Summer

19h00 : Parents et chérubins désertent l’étendue sablée. Un ami caresse du bout des doigts les cordes de sa compagne de bois. Le silence se fait, vous êtes biens.

Ezra Furman – I Wanna Be Your Girlfriend

20h00 : Confinés dans cet écrin mélodique, les regards s’embrassent, des regards s’embrasent, les estomacs ont faim.

The Blind Suns – Ride

21h00 : La boule de feu aveugle tant elle se fond aux reflets de l’océan. C’est l’heure d’assouvir ce violent appétit, plus loin, sur le remblai.

Hubert Lenoir – Fille de personne III

21h30 : Les premiers pavés du quartier général foulés, la température hausse d’un cran. Roses sont les joues, prêtes à valser, à l’instar des normes fixées jusqu’alors.

La Fine Equipe – Va Volver

21h45 : Les philtres aux mille nuances, l’essence de coco et autres tentations exotiques éveillent les papilles. Interlude.

Wild Fox – Lock

22h00 : Sauvage, la nuit sera longue. Animale, la nuit sera belle.

Structures – Pyramids

23h00 : Les consciences se mêlent aux mixtures liquoreuses. Les néons sillonnent l’aire de jeu, ne laissant paraître que l’ombre des silhouettes enivrées.

Childish Gambino (feat. Gary Clark Jr.) – The Night Me and Your Mama Met

0h00 : Cendrillon ne s’est pas retirée. Sous son halo, l’être s’illumine, clouant deux yeux à son portrait.
Bientôt deux lèvres.

Otzeki – True Love

1h00 : Quatre cent kilovolts par poitrine. La fièvre au front.

Alex Cameron – Miami Memory

2h00 : “Making love in your momma’s bed

Making love on the floor

Making love in the hotel room

We forgot to shut the door”

Theo Lawrence – The Worst in Me

3h00 : Deux en un.

Cigarettes After Sex – Truly

4h00 : Entourés d’un linge désormais froissé, la fougue s’atténue, les paupières s’éteignent à demi.

Arctic Monkeys – The Ultracheese

5h00 : Le 45 tours éternise sa danse. L’index sympathise avec l’épaule en un va-et-vient des plus tendres.

Born Idiot – Pictures

6h00 : Instant choisi pour capturer quelques échantillons de son visage, secrètement.
Le jour venu, ils habilleront le papier glacé.

King Krule – Ocean Bed

7h00 : Le ciel cobalt se dilue. Des miettes de poussières nageant à travers la première lueur de l’aube attrapent le pensif. Quelle nuit ! Ô quelle nuit !