Sur le rooftop de Publicis, des showcases se sont déroulés durant le Champs Elysée Film Festival

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Pour sa 8e édition, le Champs-Élysées Film Festival a mis à l’honneur la crème de la nouvelle scène musicale lors de ses différents showcases qui ont eu lieu du 18 au 25 juin sur les toits de Publicis. Situé sur l’avenue phare de Paris avec une vue imprenable sur l’Arc de Triomphe et avec une programmation des plus audacieuses, le festival nous a vendu du rêve. 

 

© Pierre Caudevelle

 

Jeudi 18 juin, la salle est comble, Corine inaugure cette première soirée de festival à la Maison du Danemark. Cette femme à la chevelure frisée et au style décalé nous a offert un show plein d’énergie, de chaleur et de sensualité. Ovation pour l’artiste qui a réussi à remettre le disco sur le devant de la scène et qui nous a fait vivre une nuit torride. 

Le lendemain, nous avons retrouvé Silly Boy Blue, qui a inauguré cette première soirée de rooftop. Cette artiste, révélée lors des Inouïs du Printemps de Bourges de cette année, nous a transmis sa douce mélancolie, nous laissant sans voix. Sous ses allures un peu sombres se cache une fille pleine de nostalgie et de douceur. Ses paroles nous ramènent à son passé, à des événements marquants qu’elle a vécus qui ont permis à Ana Benabdelkarim, de son vrai nom, de grandir et de se soigner par les mots. 

En ce troisième jour de festival, Adam Naas, alterne entre les aigus et les graves, nous laissant découvrir sa performance phonique hors norme. Coupe de champagne à la main, allure nonchalante, ce garçon à la chevelure brune se laisse porter par le rythme de la guitare et du synthé, son corps est comme possédé. Ce jeune chanteur aux allures de Prince a tout l’air d’un grand. 

Hervé, artiste au crâne rasé, t-shirt blanc, celui dont on parle tant, nous a fait l’honneur d’interpréter lors de ce quatrième jour de festival son premier album Mélancholie FC composé de six titres mélangeant les styles grâce à ses notes électro et son piano, instrument central de ses interprétations. Cet ancien membre du duo Postaal, groupe électro, a choisi de se lancer en solo. Si vous ne le connaissez pas encore, retenez bien son nom, car ce n’est pas la dernière fois que vous allez en entendre parler. Sa musique pleine de poésie nous bouleverse et nous transporte dans une autre dimension. Sa voix alterne entre chuchotement et respiration saccadée. Magnifique chassé-croisé entre la pop touch et la chanson, c’est un pari réussi pour cet artiste multi facettes qui nous a tout simplement touchés par sa douceur et ses mots justes. Petit Fantôme a ensuite pris place et nous a sélectionné quelques morceaux pour nous faire groover sous une nuit étoilée. Surfant entre la new wave et la pop music, Petit Fantôme a fait ses débuts au côté de François & The Atlas Mountains pour ensuite commencer une carrière solo. 

Irène Drésel, artiste et photographe, nous a dévoilés ce cinquième soir une nouvelle facette de sa personnalité. A la fois mélancolique et sensuel, ses morceaux nous touchent en plein coeur. C’est face à nous qu’elle se tient, lèvres rouges, regard hypnotisant, Irène est prête à nous faire vivre une expérience mémorable. Alliant à la fois des notes électro et lyriques, sa musique est une techno florale. Irène Drésel s’est faite repérer lors du festival Ricard Live Music 2017, où elle fera partie des dix finalistes. 

© Pierre Caudevelle

 

Pour ce dernier jour de showcase, Claire Laffut a tout quitté afin de nous trouver. Connue aussi avec Mojo et La vérité cette chanteuse, artiste peintre et mannequin est synonyme de délicatesse. S’inspirant de ses amours mais aussi de son rapport à la musique et à l’art, elle nous exprime avec sincérité ses émotions. Le regard légèrement timide, cheveux lâchés et allure décontracté, Claire commence à nous interpréter son les titres de son premier EP Mojo amenant un surplus de chaleur en cette fin de journée. 

Fishbach et Sônge ont clôturé cette 8e édition du Champs Elysée Film Festival au Théâtre Marigny. Ces deux artistes revitalisantes nous ont concocté deux dj sets, idéal pour mettre fin à cette semaine de festival. Sônge est une des révélations électro-pop. Cette chanteuse innovante, mélangeant à la fois R’n’B et soul, nous invite avec elle en voyage dans des pays chauds en passant par le Guadeloupe ou encore Cuba. Cette M.I.A à la française s’impose comme la relève R’n’B de ces prochaines années. Vers 00h30, Fishbach pointe le bout de son nez. Récemment devenue actrice dans la série Vernon Subutex adapté du roman de Virginie Despentes, Fishbach a plusieurs cordes à son arc. Coup de coeur pour cette artiste qui a réussi à se démarquer grâce à ses textes engagés et ses inspirations en termes de variété française. 

Cette année, le Champs Elysée Festival a donné le feu vert à des labels indépendants comme Pain Surprise, Cracki Records, Entreprise mais aussi Because Music afin de nous faire découvrir une sélection de leurs artistes à travers différentes playlists.