Sémaphore : Requin Chagrin entre douceur et violence

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Mélancolie : n.f., état de tristesse vague accompagné de rêverie. C’est aussi la définition la plus pure de l’esthétique de Requin Chagrin, projet porté depuis trois ans par l’excellent Adélaïde et qu’on avait rencontré aux Solidays pour une interview Mosaïque. Marion Brunetto et ses comparses reviennent dans nos playlists avec Sémaphore, premier single de leur prochain album.

A l’heure où l’on doit définitivement se résoudre à ranger vestes en lin et sets de mölkky au placard, tout souvenir d’été est bon à prendre. Que ce soit un périple à l’autre bout du monde ou, pour les moins fortunés, juste une escapade sur le canal de l’Ourcq, Requin Chagrin est la musique idéale pour se remémorer une période si proche et déjà si loin.

Pour ce qui est de l’ouïe : Sémaphore applique à merveille la recette aigre-douce de Requin Chagrin (un groupe qui porte décidément bien son nom). Une batterie résolument vintage et une douce basse aux sonorités surf et punk forment une base solide avec juste ce qu’il faut d’énergie. Posées dessus, les guitares et voix nappées de réverb’ alternent couplets flottants, refrains aux mélodies d’une justesse incroyable et bridges ésotériques. A l’image de la première phrase du titre « nos envies ne sont plus personne, mais ne t’en veux pas », les paroles fredonnées par Marion offrent un complément idéal à la douce nostalgie des instrus, non sans nous faire penser aux canadiens d’Alvvays.

Pour ce qui est de la vue : Marion s’est associée à Simon Nozat afin de réaliser ce clip en duo. Et quel clip ! A l’image des vidéos de Washed Out, il réussit à parfaitement synthétiser l’esprit de Sémaphore, en alternant séquences de douceur et de violence, symboles d’une innocence qui disparaît progressivement au fil des quatre minutes. Le tout sur un filtre vintage et des paysages évoquant un après-midi d’août.

C’est donc une belle esthétique que nous propose Requin Chagrin, et il faudra nous en contenter tant bien que mal jusqu’à l’année prochaine pour le reste de l’album. Tant mieux, ça nous laissera le temps d’acheter une Renault Fuego décapotable afin de l’écouter cheveux aux vents, au coucher du soleil.