Focus : Cinq groupes à ne pas rater à La Route Du Rock

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Chaque année, les mélomanes catégorie rock indé s’imposent une règle : assister à la Route Du Rock, aussi connue sous le nom du rendez-vous musical de l’été à ne manquer sous aucun prétexte. De toute façon, impossible de ne pas s’y rendre tant les têtes d’affiche ne cessent de grandir d’année en année. Se rendre à cette 29ème édition (plus qu’aguicheuse, avouons-le), c’est la garantie de revenir des étoiles plein les yeux tant le show mirobolant des excellents australiens de Tame Impala vous aura émerveillé (si, si, on vous le promet mais il faut le voir pour le croire). Mais aussi et surtout, la garantie d’offrir votre meilleur déhanché grâce à l’électro-pop anglaise de Metronomy ou encore de vivre le meilleur pogo de votre vie avec le punk pur et dur des très explosifs bristoliens d’Idles, pour ne citer qu’eux. L’impatience est donc à son comble et en attendant, voici cinq groupes à ne pas manquer du 15 au 17 août, dans la charmante ville de Saint-Malo.

 

Metronomy

On ne va pas se mentir, s’il y a un groupe que l’on a hâte de retrouver, c’est bien Metronomy. Après des performances plus qu’appréciées, que ce soit à We Love Green ou Dour plus récemment, tout ce qu’on attend c’est de les revoir encore et encore. Ce qui est certain pour le quintet british, c’est qu’ils savent se réinventer et pas étonnant lorsque l’on a à la tête du projet un esprit aussi fougueux, créatif et déterminé que celui de Joseph Mount. Le groupe enchaîne les disques où s’accumulent des tubes comme l’excellent Love Letters ou encore plus récemment l’énergique Lately, premier single de leur prochain album Metronomy Forever, à paraître le 13 septembre chez Because Music. Les retrouver à la Route Du Rock sera l’occasion de découvrir (ou redécouvrir) en exclusivité la plus totale, certains de leurs nouveaux morceaux. Alors préparez vos meilleurs pas de danse car Metronomy s’apprête à transformer le Fort de Saint-Père en un dancefloor géant le temps d’une soirée.

The Growlers

Les Américains de The Growlers se font plutôt rares en France, une bonne raison de ne pas manquer leur unique date française pour cette année. Avec un album paru chez Cult Records en 2016, le label du tant adulé Julian Casablancas, le groupe ne cesse de s’imposer et de faire ses preuves depuis. The Growlers est pionnier dans l’art de la reverb et des voix trafiquées, ce qui rend leurs morceaux uniques et à la réussite irréfutable. À la tête du projet on y trouve Brooks Nielsen et si vous ne le connaissez pas encore, alors vous ne l’oublierez pas de sitôt après leur passage sur la scène du Fort tant sa voix éraillée (mais pourtant si singulière) ne vous laissera pas indifférent. Bon nombre de leurs morceaux sont déjà considérés comme des classiques et il nous tarde de pouvoir savourer (on l’espère) des titres tels que Dope On A Rope, Going Gets Tough ou encore Graveyard’s Full.

Altin Gün

Vous le sentez, ce souffle psychédélique venu tout droit du Moyen-Orient ? Un souffle vantant la facette cosmopolite de la Turquie ? Avec Altin Gün, c’est la garantie d’être transporté le temps d’un set (disons à peu près 1h30), tout en restant sur place. Trop court vous nous direz, mais bien assez pour apprécier leurs innombrables riffs de guitares et notes de synthés hurlantes et cosmiques. Mais aussi la voix envoûtante voire enivrante d’Erdinc Yildiz Ecevit épousant parfaitement celle de Merve Dasdemir. Des voix qui auront bien évidemment le mérite de laisser une trace indélébile dans votre mémoire. L’idée de mélanger des influences folk-pop-rock occidentales, tout en nous délivrant un ensemble très groovy, est audacieuse. Mais l’audace n’est-elle pas l’une des principales qualités dont un artiste doit se munir ? Le sextuor a su y faire en tout cas, et sera présent le 16 août pour rendre hommage à la scène musicale turque, mais également pour conquérir notre cœur (à moins que ce ne soit déjà fait).

Pottery

Le label new-yorkais Partisan a de quoi être fier car il tient entre ses mains les plus grands groupes de rock de demain tels que Fontaines D.C ou encore Idles, mais aussi les Québécois de Pottery. Il faut reconnaître que musicalement on doit beaucoup au pays à la feuille d’érable, que ce soit avec Arcade Fire (Reflektor, Funeral) ou même Corridor (Supermercado) qui font véritablement partie intégrante de nos classiques depuis leurs débuts. Concernant Pottery, ils ont su faire chavirer notre petit cœur amateur de garage rock avec seulement un EP, No.1, sorti le 10 mai dernier. Si vous aimez Parquet Courts, alors vous adorerez Pottery car l’influence est bel et bien présente, notamment sur les tracks tout droit sorties des sixties et au rythme tapageur que sont Hank Williams ou même Lady Solinas. Dans la hâte de découvrir leur premier album (à paraître incessamment sous peu si l’on a bien compris) et qu’ils nous fassent danser jusqu’à n’en plus pouvoir, le samedi 17 août, sur la scène des remparts.

Deerhunter 

Et voilà un groupe qu’on trouvera forcément parmi nos références. Depuis Halcyon Digest, la bande originaire d’Atlanta ne nous a jamais déçus et nous a prouvé qu’elle était capable de se renouveler en permanence. Bradford Cox, leader du groupe, a un talent qu’on ne trouvera que très peu ailleurs : celui de colorer musicalement des faces très sombres de la vie. Et c’est peut-être ce qui fait tout leur succès depuis plus de dix ans maintenant. Deerhunter c’est ce groupe qui oscille entre les genres musicaux et qui nous propose sans cesse des albums, qu’on écoutera, qu’on recommandera mais qu’on ne rangera jamais car oui, que ce soit Microcastle, Monomania ou encore Fading Frontier, ils constituent tous et à eux seuls, une majeure partie de nos classiques. Ce sont un peu des albums qui ont accompagné des bouts de vie chez chacun d’entre nous, on ne va pas le nier. Sans parler de leur dernier opus, Why Hasn’t Everything Already Disappeared?, un bijou parmi tant d’autres, et qu’ils ne manqueront pas de nous jouer en direct live le 17 août prochain.