Les clips de la semaine #46

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Les clips de la semaine, c’est votre rendez-vous du dimanche. Pour faire passer votre gueule de bois et pour adoucir votre week-end, on vous sélectionne les clips qui ont fait l’actu de ces derniers jours. Les clips de la semaine épisode 46, c’est maintenant.

Blood Orange – Dark & Handsome (feat. Toro y Moi)

L’automne est désormais bien installée, les jours raccourcissent et les souvenirs de l’été paraissent désormais bien loin. C’est cette douce mélancolie de novembre qui imprègne Dark & Handsome, le dernier clip de Blood Orange, en featuring avec Toro y Moi. Réalisé par Devonté Hynes en personne, il met en scène le contraste entre des scènes d’une belle insouciance et des textes bien plus sombres. Une vidéo en clair-obscur et surtout, un nouveau hit pour l’excellent producteur britannique.

CocoRosie – Smash My Head

Quel retour pour CocoRosie ! Presque 5 ans après leur dernier disque, les soeurs Cassidy ouvrent à nouveau les portes de leur monde étrange avec un clip qui figure parmi nos coups de coeur de la semaine. Smash My Head, c’est son nom, est un voyage aux portes de la folie, une pérégrination mystérieuse et torturée dans un univers tout en noir et blanc. C’est aussi un extrait de Put the Shine On, prochain album du duo prévu pour mars 2020, dans lequel on espère vivement retrouver cette dose de surréalisme qu’on aime tant chez CocoRosie.

 Fils Cara – Contre-jour

Véritable artiste-peintre de la musique, Fils Cara continue à enrichir sa galerie. Après le magnifique Nanna, la nouvelle cheville ouvrière du rap français poursuit son accrochage avec un second tableau numérique intitulé Contre-jour et directement inspiré d’un rite funéraire égyptien. Le jeune rappeur y apparaît en maître de cérémonie, dans un décor léché qui pose les bases d’un univers où références mythologiques, spiritualité et réflexions toutes contemporaines se mêlent avec brio. Pour le vernissage, on vous donne rendez-vous le 14 novembre prochain à la Boule Noire.

Roxaane – Contemplation

La grande galerie du rap français pourrait bien accueillir une nouvelle pépite. Roxaane, c’est son nom, n’a même pas 20 ans. Pourtant, la jeune Amiénoise avance vite et bien, avec modestie, discrétion et quelques titres sortis sur sa chaîne YouTube. En l’occurrence, c’est son dernier essai qui a fait mouche à nos oreilles. Contemplation vibre d’un flow étonnamment mûr, déjà lucide sans être désabusé, écorché vif sans jamais être larmoyant. Suivez la comète des yeux, elle pourrait bien nous apporter quelques surprises au cours de l’année 2020.

Lomboy – Friend’s Romance [PART. 2]

Cette artiste-là, vous la connaissez déjà sans doute. Parce que Lomboy figure parmi nos chouchous, en bonne place dans cette grande famille des créateurs qui ne connaissent aucune limite et dont on se plaît à suivre les frasques semaine après semaine. On vous a déjà parlé de son EP et on vous l’a présentée au cours de nos soirées Divagation. Aujourd’hui, on vous dévoile Friend’s Romance, la deuxième partie d’un double-single consacré à l’exploration amoureuse et aux différents caractères d’une relation, toujours impeccablement produit et mise en valeur par une vidéo qu’on aime beaucoup.

Polycool – Log Lady

Pas forcément besoin d’avoir un concept révolutionnaire, une équipe de cinquante personnes et des effets spéciaux spectaculaires pour intégrer notre sélection des meilleurs clips de la semaine. D’ailleurs, en habitués de la rubrique, les lascars de Polycool auraient peut-être quelques conseils à donner aux éventuels prétendants. Cette semaine, le génial combo parisien revient avec Log Lady, un clin d’oeil plein d’humour à la célèbre Dame à la Bûche de la série Twin Peaks. Au programme : perruques, pop psyché et… tronc d’arbre, évidemment.

Moto – Les gens

La pop française est encore plus belle lorsqu’elle se métisse et ça, Moto l’a parfaitement compris. Entourée de Gabriel Loridon et de Lockhart à la prod’ et de l’intenable Mus Bennacer (Bagarre) à la batterie, la jeune homme donne du relief à sa musique en la parant d’accents grunge, de guitares crades et de punchlines bien senties. Sous couvert d’une musique faussement naïve, Moto nous fait don d’une démarche totale qui s’incarne dans le clip de Les gens, plein d’amour et de sueur. Partants pour un tour de Moto, le 16 novembre prochain au Hasard Ludique ?

salut c’est cool – le cassoulet

Nous sommes en 2019 après Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par la malbouffe, les frites, les kebabs et autres hamburgers… Toute ? Non ! Car il existe une fière de contrée de France qui résiste encore et toujours à l’envahisseur. Son secret ? Le cassoulet. Pour lui rendre hommage, les trublions de salut c’est cool sont partis à la recherche des origines du cassoulet, dans une épopée techno réalisée par Vincent Castant (Ouai J’vois Ouai) à grands coups d’incrustations perchées, de rencontres cosmiques et de fumet de saucisse. Bah quoi ?

All We Are – L Is For Lose

All We Are, c’est un trio irlando-brésilo-norvégien qui fait de la pop psychédélique et qui vit à Liverpool. Normalement, à ce stade, on devrait déjà avoir attiré votre attention. Mais si ça ne suffit pas, on vous conseille d’accorder une oreille et un oeil curieux à L Is For Lose, le premier titre sorti par le groupe depuis son dernier album, Sunny Hills, paru en 2017. La bonne nouvelle, c’est que Guro, Luis et Richard n’ont rien perdu de leur remarquable capacité à nous entraîner dans cet univers envoûtant et mystérieux. La mauvaise, c’est qu’ils n’ont annoncé aucune date de concert en France… Pour l’instant.

Thom Yorke – Last I Heard (…He Was Circling The Drain)

Il y avait déjà le court-métrage de Paul Thomas Anderson sur Netflix pour présenter Anima, le dernier album de Thom Yorke influencé par le déclin britannique. C’est cette fois-ci sur YouTube que le génial Anglais nous offre un aperçu des pensées noires qui le tourmentent. Dystopique à souhait, détérioré, sans espoir, le clip de Last I Heard (…He Was Circling The Drain) ne jouit d’aucune légèreté. Un personnage sans visage, isolé, fait face à une foule dans un mouvement très Orwellien. Chaque symbole d’espoir est irrémédiablement tué dans l’oeuf : le personnage semble croiser un semblable mais celui-ci lui tourne le dos, et alors qu’un essaim de colombes semble apporter une lumière nouvelle, ces dernières ne tardent pas à tomber en plein vol. En somme, un clip aussi terrifiant que fascinant. Allez, bon dimanche tout de même.