Focus : 5 artistes à ne pas manquer au Pukkelpop

Tu fais tourner ?
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email

Grands noms flamboyants et petites perles à découvrir, l’équilibre est parfait ! Dans deux semaines seulement, c’est déjà le retour du Pukkelpop et de ses quatre jours de grande musique. Refuge d’un éclectisme rafraîchissant qui met en avant tant les artistes de notre plat pays que ceux des quatre coins du monde, le village de Kiewit accueillera pour une 32ème année consécutive ce grand florilège de couleurs.

L’an passé, on avait pu compter sur Arcade Fire, Travis Scott ou encore Kendrick Lamar pour enfiévrer les foules du Pukkel et cette année ne sera sûrement pas en reste avec des pointures attendues comme The National, le déjanté Post Malone, la prodigieuse Billie Eilish ou le mystique James Blake qui nous a offert l’un des plus beaux albums de l’année. L’affiche s’offre aussi le luxe d’accueillir les légendaires Tame Impala qui prolongent leur règne de rois de l’indie avec un live qui s’annonce déjà d’anthologie. Parmi les quelques 200 artistes qui se suivront sur les 8 scènes du site, vous y trouverez aussi votre lot de house galvanisante avec le phénomène Fisher, votre fracas de rock avec les Royal Blood, votre dose de pop fluorescente avec l’excentrique Charli XCX ou encore votre minute funky avec les géniaux Parcels. La sélection fut rude, mais en plus des immanquables cités ci-dessus, on vous propose notre sélection coup de cœur des 5 pépites que vous ne voudriez manquer pour rien au monde.

Mura Masa

Les miracles de Soundcloud. Repéré sur la fameuse plateforme de streaming, Alex Crossan a vampirisé à la musique urbaine, à l’électro et à la pop ce qu’ils avaient de mieux à offrir pour proposer des sons planants ou dansants à l’image de son grand succès FireflyRésultat : le producteur britannique s’est hissé à la tête des plus belles affiches de festivals du globe pour faire danser des foules conquises et propager ses vibes solaires. S’entourant des noms les plus prometteurs du moment, le multi-instrumentaliste partageait en 2017 Mura Masa, un premier album acclamé qui se verra par la suite nominé aux prestigieux Grammy Awards. Un franc succès donc et des invités de qualité avec notamment A$AP RockyDamon Albarn ou encore Christine and the Queens, pour ne citer qu’eux. Plutôt timide depuis, Mura Masa n’a pour l’instant laissé fuiter que deux singles ultra-efficaces en collaboration avec son amie NAO et le nouvel enfant du rap made in London Octavian. Cela annoncerait-il l’arrivée imminente d’un second album ? La réponse se trouve sans doute sur la Main Stage du Pukkelpop !

 

Girl In Red

Rainbow power. La plus romantique des Norvégiennes vient ravir nos oreilles avec des morceaux aux noms suicidaires et aux mélodies rock pétillantes. La fille en rouge, le rouge du désir et de la romance. Marie Ulven, de son vrai nom, s’est érigée comme la nouvelle figure de proue des ballades queer. En brisant certains tabous, le musicienne a su mettre en lumière des histoires d’amours lesbiennes pour trouver non seulement un public mais aussi toute une communauté la suivant dans ses poèmes à l’eau de rose aux senteurs de chair et de lascivité. Le concert parfait pour embrasser langoureusement votre bien-aimé/ée ou bien la/le trouver dans la foule. Girl In Red, partenaire officielle de vos mésaventures sentimentales.

Two Feet

L’électro-blues, ça vous dit quelque chose ? Bill Dess, venu tout droit des quartiers chauds de Harlem en est le pionnier et s’aventure depuis quelques années sur les sentiers expérimentaux d’une musique sensuelle aux accents addictifs de jazz. Son tube Go Fuck Yourself le prouve : sa musique joue sur la retenue, sur la temporisation d’une fièvre brûlante qui ne se dévoile que par intermittence, comme une vive urgence qui nous prend parfois sur les refrains. Si ses rythmes affolent, sa voix suave n’est est pas moins innocente et complète l’ensemble pour amplifier l’aspect atmosphérique des compositions. Avec un premier album A 20 Something Fuck paru l’an dernier, le musicien est prêt à faire chavirer la scène du Lift pour un moment qui s’annonce plus que bouillant. Chaleur !

 

Cocaine Piss

“Le truc le plus brutal et le plus dégueulasse possible” comme dirait Aurélie Poppins, voix du groupe. Ce quatuor liégeois, actif depuis 6 ans et comptant déjà 4 albums à son actif, fait du rock pur et dur. Pas le temps de niaiser, ici le vacarme est constant et la frénésie est enivrante. Bien décidés à remettre le punk-rock sur le devant de la scène, Cocaine Piss impose ses blasts sonores ultra violents, que ce soit à l’Ancienne Belgique de Bruxelles ou sur les scènes de l’Europe entière, conquise par tant de hargne et de franchise. Jamais à court d’inventivité, le groupe s’est récemment mis en scène dans le clip totalement perché de EAT THE RICH à l’esthétique très “Angèle sous acide” qui ne laisse forcément pas indifférent. Armés d’une bonne dose de second degré, les quatre musiciens s’en donnent à cœur joie dans des transes musicales à la folie contagieuse et à l’énergie brûlante. Un grand moment purement what the fuck en perspective.

Jorja Smith

On avait parié sur la jeune Anglaise début de l’année passée et il faut dire qu’elle a tenu toutes ses promesses. En un peu plus d’un an, avec son album Lost And FoundJorja Smith s’est vue auréolée du statut de nouvelle étoile de la soul anglaise, sur les pas de ses plus grandes idoles. Des mélodies langoureuses, une voix intemporelle et un personnage charismatique : si elle n’était encore que la muse de Drake il y a un an, c’est désormais celle du monde entier. Mêlant les couleurs de l’urbain à celles du jazz, de la soul et du R’n’B, la métisse a su trouver son propre univers. Une patte irrésistible qui nous emportera sur les flows ravageurs de Lifeboats (Freestyle), la candeur de Where Did I Go? ou l’intensité de son bijou Blue Lights. Un à un, chaque titre devient un tube et chaque performance est un événement. Jorja sait se faire remarquer et sa session COLORS le prouve, une prestation visionnée plus de 36 millions de fois. Rien que ça. Aperçue par nos équipes au We Love Green ou encore au Lollapalooza l’été passé, la jeune chanteuse nous avait bluffés par sa maîtrise vocale sans faille, ses sourires ravageurs et la pureté de ses morceaux les plus tendres, Let Me Down ou Goodbyes. Véritable invitée de marque de cette édition 2019 du Pukkelpop, c’est le rendez-vous immanquable.

Le reste de l’affiche est tout aussi réjouissant et rien n’est à jeter tant chaque nom semble trouver sa place dans la variété florissante offerte par ce line-up puissant et avant-gardiste, qui joue tant sur les valeurs sûres qui siègent sur l’industrie d’aujourd’hui que sur les petites pépites que nous réserve demain.

Plus d’infos et tickets sur le site officiel du Pukkelpop.